samedi 6 octobre 2012

Espionnage et ésotérisme au Vatican

Voici une dépêche qu'il était bien difficile à la Jérusalem des Terres Froides de ne pas relayer. Elle est retransmise telle quelle, sans commentaires

 

---Milliers de documents sur l'ésotérisme trouvés chez l'ex-majordome---


Paru sur Romandie.com le 3 octobre 2012 à 15 : 28

L'ancien majordome de Benoît XVI était en possession de certains papiers où le pape avait écrit "à détruire", selon le témoignage de la police pontificale mercredi à son procès. Paolo Gabriele est jugé pour avoir volé et diffusé des documents confidentiels du Vatican.

Les derniers témoins, quatre gendarmes, tous appelés par la défense, se sont exprimés mercredi au troisième et avant-dernier jour du procès, ajourné jusqu'au verdict qui sera rendu samedi. Ils avaient participé à la perquisition au domicile de Paolo Gabriele le 23 mai.

Fasciné par l'occultisme

Les perquisitions menées chez l'ancien homme de confiance du pape ont montré qu'il était fasciné par l'occultisme, les loges maçonniques et les services secrets.

Les témoins ont parlé de "centaines de milliers de documents" retrouvés au domicile du majordome: des articles de journaux découpés et des documents téléchargés depuis internet, sur des sujets aussi divers que la loge P2, les francs-maçons, la banque du Vatican IOR ou l'ésotérisme.

Tous les témoins ont souligné que les documents concernant le pape étaient "habilement dissimulés" au milieu de ces papiers en désordre. "La majeure partie de ces papiers ne concernait pas l'affaire Vatileaks", a souligné le père Federico Lombardi, porte-parole du Saint-Siège.

Opérations compromises

Mais, sur les documents en rapport avec Vatileaks saisis, "un nombre plutôt important" concernait la personne du pape, et les correspondances entre lui et de hauts responsables de l'Eglise, a-t-il précisé. "Certains étaient des originaux. Il y avait beaucoup de photocopies", a-t-il précisé.

Le gendarme Luca Bassetti a témoigné avoir vu dans les documents "des papiers signés du pape". La déposition des enquêteurs a montré que le vol de certains documents codés avait compromis plusieurs opérations que comptait mener le Saint-Siège.

D'après ce témoignage, Paolo Gabriele avait également imprimé des instructions sur les moyens de dissimuler des dossiers sur un ordinateur et d'utiliser un téléphone portable sans laisser de traces.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire