jeudi 4 octobre 2012

Nouvelle propagande mondialiste contre le Vaudou

La Jérusalem des Terres Froides avait pris la décision de ne pas revenir trop tôt sur le Vaudou, ne voulant pas négliger le reste de ses champs d'intérêts. Mais bien sûr, l'actualité l'a rejoint et l'oblige à revenir sur la campagne de salissage de cette religion par les médias mondialistes.

Il y a à Pau, dans le sud de la France, une histoire sordide d'adolescent disparu en juin 2011 dont on a retrouvé un tibias trois semaines après et le reste du corps (tous les membres tronçonnés) en octobre 2011. Il y a effectivement de sérieuses raisons de penser à un crime rituel mais certains journaleux impériaux utilisent le mot "vaudou", comme si c'était approprié (alors qu'il est si facile d'être renseigné). La JTF présente ici les exemples de FranceTV Info, paru le premier octobre, Le Parisien le deux octobre et La République des Pyrénées le trois. Deux d'entre eux utilisent le mot "vaudou" directement dans leur titre de manchette mais FranceTV Info prend la précaution d'y installer des guillemets.

Ces trois articles laissent entendre que le mot "vaudou" provient de la Miviludes, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires. Ce qui à prime abord est surprenant si celle-ci se veut composée de spécialistes. Mais à bien y penser, la Miviludes reste une création du gouvernement français qui lui fournit ses subsides, alors il ne serait finalement pas si surprenant de voir cette "mission" procéder elle-même à l'amalgame entre "vaudou" et "crime rituel". Il n'empêche, la JTF est bien curieuse de connaître qui est ce "spécialiste reconnu des rites sataniques et vaudous" que la Miviludes a suggéré à la Police Judiciaire (tel que rapporté dans l'article de Le Parisien). Ceci dit, La République des Pyrénées rapporte que la réponse de la Miviludes fut : "Il n'y a aucun signalement de dérive sur des pratiques vaudou en France". Ce qui est rassurant ; il y a peut-être encore de la probité au sein du gouvernement français, malgré les corruptions UMPS.

---Pau. Meurtre d'Alexandre Junca, un "rite vaudou" ?---


Édouard Da Costa - France 3
Paru dans FranceTV Info le premier octobre 2012 à 18 : 37

FAITS DIVERS - Seize mois ont passé depuis la mort d'Alexandre Junca, 13 ans, à Pau (Pyrénées-Atlantiques). C'est le temps qu'il aura fallu pour que la police judiciaire et l'Office central pour la répression des violences faites aux personnes (OCRVP) envisagent, lundi 1er octobre, l'hypothèse d'un "rite vaudou", selon les informations de FTVi.

Ce sont le mode opératoire et la manière dont la jeune victime a été démembrée, révélés par les analyses médico-légales, qui ont poussé la police judiciaire à solliciter la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires), début septembre. L'objectif est d'identifier d'éventuelles dérives vaudou ces dernières années dans le Sud-Ouest ou ailleurs en France.

"Une violence atypique"

Les morceaux du corps de l'adolescent, disparu le 4 juin 2011 vers 23 heures, avaient été retrouvé en plusieurs fois. Trois semaines après la disparition d'Alexandre, un SDF avait découvert sur une berge du gave de Pau, la rivière qui traverse la ville, l'une des cuisses du garçon. En octobre 2011, les enquêteurs ont retrouvé les restes du corps, sous les gravats d'une digue en construction, toujours le long de la rivière."Nous sommes face à un crime d'une violence atypique", avait déclaré le procureur de la République de Pau, Jean-Christophe Muller, cité par Sud Ouest en juin 2012. Si bien que malgré près de 1300 auditions, 400 perquisitions, de multiples vérifications téléphoniques et prélèvements génétiques, l'enquête piétinait. D'autant plus que la scène de crime n'a jamais été localisée avec certitude.

---Meurtre d’Alexandre à Pau : la piste d’un rite vaudou---


Jean-Marc Ducos
Paru dans Le Parisien le 2 octobre 2012 à 16 : 08

 L’enquête sur la disparition et le d’Alexandre Junca, 14 ans, à Pau (Pyrénées - Atlantiques) en juin 2011, s’oriente vers la piste d’un sacrifice vaudou.La police judiciaire de Bordeaux a demandé, fin septembre, l’aide de la mission interministérielle de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) sur cette question précise.

Contactée, la Miviludes confirme qu’elle a bien aiguillé la PJ vers un spécialiste reconnu des rites sataniques et vaudous. De plus, la découpe des os de la victime et leur nettoyage presque parfait semble confirmer les doutes de la PJ.

Alexandre Junca a disparu dans la nuit du 4 au 5 juin 2011 à Pau alors qu’il rentrait chez son père après un tour de vélo. Un fémur de l’adolescent avait été retrouvé le 26 juin sur les berges du Gave de Pau et le reste de ses membres tronçonnés en octobre 2011 au milieu d'une digue provisoire construite dans le torrent avec des gravats.

Pour l’heure, les enquêteurs n’ont toujours pas de scène du , ignorant où la victime a été tuée.

---Meurtre d'Alexandre : la piste du crime rituel étudiée---


L.V.
Paru dans La République des Pyrénées le 3 octobre 2012 à 6 : 00.

Seize mois après le mort d'Alexandre Junca, l'enquête se poursuit, ne négligeant aucune piste. Parmi la multitude d'hypothèses soulevées au cours des investigations, les enquêteurs se sont interrogés sur l'éventualité d'un crime commis selon un rite vaudou ou sataniste.

Alexandre victime d'un crime rituel ? La thèse manque de poids mais a été étudiée par les enquêteurs de la police judiciaire. Le mois dernier la PJ a sollicité la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires). But: savoir si des faits criminels liés à des pratiques vaudou avaient eu lieu en France, et particulièrement dans le Sud-Ouest.

Selon les informations recueillies auprès de cette Mission rattachée aux services du Premier ministre, "il n'y a aucun signalement de dérive sur des pratiques vaudou en France".

De son côté, le procureur de la République de Pau, Jean-Christophe Muller, confirme que "contact a été pris mais qu'il n'y a rien à commenter". "Je ne m'exprime pas sur une éventuelle piste vaudou. Il n'y a pas de piste légitime ou illégitime mais une cellule de cinq à six personnes qui poursuit l'enquête. Cette enquête reste la plus importante du service" souligne le procureur.

L'avocate de la maman d'Alexandre, Me Mazza, "n'a aucune information sur des avancées sur cette piste". "Je ne suis pas excessivement surprise dans la mesure où les parties civiles avaient évoqué cette hypothèse au début de l'enquête. Les enquêteurs ne négligent rien" avance-t-elle.

L'hypothèse de la piste du sacrifice vaudou ou satanique repose essentiellement sur le mode opératoire et la façon dont la jeune victime a été tuée qui pourraient avoir un éventuel rapport avec ces pratiques. À la PJ, on rappelle qu'il "s'agit de vérifications faites comme d'autres. Il n'y a rien de chaud mais il faut savoir que le dossier ne sera jamais fermé", ajoute-t-on.

Pour le criminologue et psychologue, Jean-Pierre Bouchard, la piste satanique ou vaudou "est peu plausible".

"Je reste très prudent mais le crime rituel est quasi inexistant en France" affirme-t-il. "Mais même si une piste n'a pas 1 % de chances de déboucher sur quelque chose, il faut l'explorer aussi" conclut-il. Alexandre avait disparu le 4 juin 2011 alors qu'il rentrait chez son père dans le centre de Pau. Un fémur de l'adolescent avait été retrouvé au bord du gave trois semaines plus tard. Le reste du corps avait été retrouvé par les enquêteurs sous une digue provisoire près du chantier du canal Heid.

A ce jour, les enquêteurs ont procédé à plus de 1300 auditions et effectué plus de 400 perquisitions. Et les recherches se poursuivent.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire