mercredi 30 janvier 2013

Coup de gueule : Alain Soral (2)

La Jérusalem des Terres Froides vous présente la suite du coup-de-gueule contre Alain Soral, toujours rédigé à la première personne du singulier.


---Alain Soral, le révolté consommé (suite)---


Je reviens sur mon coup-de-gueule contre Alain Soral. Je constate que notre "bourgeois déclassé" représente un phénomène réel sur l'internet; en 48 heures, cet article est devenu le plus lu de la petite histoire de mon blog et il n'est pas prêt d'être détrôné. Je remercie au passage Dans la peau d'Alain Soral pour avoir relayé mon texte. Il est agréable de savoir que quelques personnes l'ont lu, qu'ils soient en accord ou non (environ 400 visites en 1 semaine).

J'ai continué à scruter le net voir quelles sont les principales critiques que l'on fait à celui à qui veut maintenant se faire appeler "AS". Je suis d'abord tombé sur les "contre-vidéos mensuelles" de Jean Robin, ensuite sur des vidéos de musulmans français qui ne croient pas en la "réconciliation soralienne", puis quelques textes par-ci par-là.

Ma première constatation est que je ne suis pas le seul en ce moment à m'élever contre Soral. Selon Alty, participant aux forums de Dans la peau d'Alain Soral, il semble qu'il y ait un tir groupé contre l'homme depuis quelques semaines. Ma sortie surfe sur une vague amorcée depuis la fin de 2012 et il y a peut-être un lien entre la montée de cette opposition à Soral et son manquement pour sa vidéo de décembre 2012.

J'avais entendu parler avant mon écrit contre l'homme que Jean Robin (pas le guénonien de chez Guy Trédaniel mais bien celui d'Enquêtes et Débats/éditions Tatamis) avait réalisé des contre-vidéos d'Alain Soral. Mais si j'ai eu un intérêt pour Soral, je n'en ai jamais eu pour Jean Robin. C'est qu'indépendamment du "grand sheikh chauve", le cours de la vie a voulu que je me retrouve avec entre les mains le Dictionnaire des débats interdits mais légaux de ce monsieur et ce livre est si dégoutant de malhonnêteté intellectuelle que cela m'a écoeuré. Et je n'ai jamais entendu l'auteur affirmer mieux dans ses vidéos que dans son bouquin. J'ai malgré tout essayé de regarder ces contres-vidéos mensuelles mais je n'ai pas été capable de terminer la première partie. Eh oui, malgré tout ce que j'ai pu dire sur Soral, il y a pire que lui. Et c'est vrai qu'il y a un jeu d'analogies entre Soral et Robin, un jeu de miroirs entre deux némésis. Le grand chauve antisioniste et promusulman contre le petit barbu (Jean "Rabbin") radicalement sioniste et anti-Islam.

Après ce haut-le-coeur, j'ai regardé des vidéos de musulmans de France qui n'ont pas confiance en notre vendeur de vin; celle en deux parties de SoraloFolaso sur Youtube et celle, également en deux parties, de bijuu11 sur Dailymotion (noms des comptes, pas des orateurs). Je ne peux résister à l'envie de vous présenter ici cette savoureuse citation du second mentionné à propos de l'association soralienne : "E&R, c'est du Ni Putes Ni Soumises et du S.O.S. Racisme un peu plus hardcore, c'est tout mais c'est la même chose. C'est en gros, excusez-moi l'expression, une bande de guignols". Éloquent !

Ce que je constate de ces deux vidéos, c'est qu'il existe des musulmans en France qui ne sont pas dupes du rôle de "rabatteur de bougnoules" pour le Front National de notre mannequin de Jean-Paul Gaultier. Les deux appellent la communauté musulmane à se méfier du double-langage soralien et ils démontrent tous deux la méconnaissance de cette religion par le "sociologue-boxeur". Méconnaissance qui est telle qu'il est à présent embourbé dans la querelle millénaire chi'ites/sunnites. Les deux chroniqueurs-vidéo sont sunnites (comme, j'imagine, la majorité des musulmans en sol français) et reprochent à Soral sa proximité avec les chi'ites, notamment avec le Centre Zahra de Yahya Gouasmi (Gouasmi et Soral ont tous deux milité dans la "Liste Antisioniste" de Dieudonné). Je sais bien que la "main tendue" de Soral aux musulmans n'est qu'un prétexte pour agrandir au maximum son auditoire mais maintenant on peut dire qu'il courre après le trouble car s'il y a un sujet sur lequel ceux-ci ne plaisantent pas, c'est bien la division chi'isme/sunnisme.

Après le visionnement de ces vidéos, j'ai constaté que j'ai été relayé avec d'autres liens menant à des critiques écrites contre Soral. Là, j'ai pu constater qu'on assiste effectivement à un soulèvement contre le "Suisse-savoyard peut-être d'origine juive". Ceci dit, je suis encore une fois obligé de constater que si Soral est très critiqué, la critique intelligente et pertinente n'est pas si facile à trouver. Mais il y a Empirer l'incompréhension: Alain Soral et les règles élémentaires du débat intellectuel, par Frédéric Dufoing, en trois parties sur juanasensio.com, La « pensée » d’Alain Soral : Révolution ou réaction ?, par Maxence Staquet, en quatre parties sur Le Grand Soir, Soraliens : idiots utiles du Capital, un texte anonyme présenté par un blog d'un seul article, Saidchomsky dégonfle la baudruche Soral, un article publié sur le site du Huffington Post en 2010, Alain Soral, le gourou d'une pensée subversive approximative de Thomas Loire, publié sur Citoyen360.fr le 2 janvier 2013 et pour l'essai Comprendre l'Empire, il y a Misère de la fausse critique : Comprendre "Comprendre l'Empire d'Alain Soral" d'Esprit68.org.

Au moment où j'écris ces lignes, j'en suis à prendre conscience de toutes ces répliques à la démagogie soralienne. C'est qu'il y en a long à lire et à méditer. Mais je préciserai ici que, contrairement à Dans la peau d'Alain Soral, je ne crois pas que notre homme soit "guénonien" (adepte des théories traditionnelles de l'ésotériste René Guénon). Dans le cas de son lieutenant Laïbi, celui-ci se réclame haut et fort d'être guénonien, ayant même appelé son livre La faillite du monde moderne en écho à La crise du monde moderne, mais il ne fait toujours que se référer aux "coups-de-gueule" de son auteur-fétiche comme l'ouvrage pré-cité, Le règne de la quantité et les signes des temps, L'erreur spirite et Le théosophisme. Jamais au reste de l'oeuvre de Guénon, qui est pourtant la partie la plus importante. Pour notre principal intéressé, je pense que son "traditionnalisme" réclamé n'est qu'une façade pour s'attirer un maximum de "guignols". Pour aller encore plus loin, je dirai que Soral n'est pas traditionnaliste, il n'est pas chrétien, il n'est pas dans le "logos grec", il n'est pas pro-musulmans, il n'est pas patriote français, il n'est rien de tout cela; Soral n'en a que pour une chose, sa petite gueule. Chacun de ses positionnements n'est toujours qu'en fonction d'avoir le plus grand auditoire possible, pour satisfaire son égo démesuré et ramasser l'argent au passage.

Dans le même ordre d'idées, Soral n'est pas non plus pour l'indépendance québécoise, même s'il l'a affirmé et effectué un petit voyage par ici il y a quelques mois. Il est venu au Québec pour agrandir davantage son auditoire et se donner une dimension internationale, un peu comme Claude Vorhillon/Raël quand il est arrivé de France à la fin des années 1970. Cette question de Soral, E&R et l'indépendance politique du Québec soulève un nouveau point; sur le site soralien, nombreux sont les commentateurs à clamer leur amour et patriotisme pour la France, à réclamer la "révolte des nations" et à proclamer la liberté pour tous les peuples. Mais lorsqu'une nouvelle relayé sur le site concerne les Québécois, nous avons droit automatiquement à un déluge d'insultes d'une bassesse dont seul les soraliens en sont capables : racistes, hypocrites, incultes, féminisés, lâches et surtout anti-Français. J'ai même lu un certain "Anthony" qualifier ouvertement le Québec de "trou à rats". Le tout avec toujours cette même excuse ridicule de "vouloir éviter l'idéalisation des Québécois". L'idéalisation est un piège, certes, mais ici, on parle de dénigrement systématique indéfendable, pas de "remettre les pendules à l'heure". Sans compter toutes ces histoires de Français ayant eu une expérience malheureuse par ici et qui maintenant rejettent irrévocablement l'ensemble du Québec sur ce seul fait, comme cet autre soralo-crétin appelé "Protis" (un parmi plusieurs). Ils s'attendaient à quoi, à ce qu'ils soient reçus avec le tapis rouge et tous les honneurs comme des sauveurs ? Les Québécois qui vont en France et qui en reviennent déçus, la faute en revient-elle à TOUTE la France ? Soral aura beau me dire qu'il me supporte dans mon combat contre l'establishment british d'Ottawa, quand on sait à quel point le modérateur/censeur d'E&R est soucieux de l'image de son président par la censure de commentaires critiques et qu'ensuite, on voit qu'il laisse passer toute cette merde anti-québécoise, on est en droit de remettre en cause sa sincérité. Ici comme ailleurs, notre ancien chroniqueur de mode ne fait que de la stratégie marketing pour faire rouler sa business.

Je n'aborderai pas de front ce sujet maintenant, auquel on pourrait y consacrer un coup-de-gueule à lui-seul, mais il faut absolument glisser un mot sur les pirouettes de Soral pour intégrer la notion de "satanisme" dans sa "compréhension de l'Empire". Notre chroniqueur de mode a bien compris que son auditoire est composé de ceux qui regardent les "décryptages sataniques/lucifériens/illuminati des vidéoclips" sur Youtube, les reportages "Planète" sur les crimes rituels, sur l'influence de l'occulte dans la politique mondiale et autres "sorcellerie des élites" comme le Bohemian Grove, les Georgia Guidestones, etc. En bref, les petits gogos qui s'imaginent être des spécialistes de l'ésotérisme et de la magie et qui n'ont d'autres arguments que la virulence de leurs propos (réputation des soraliens oblige), Laïbi et Livernette en-tête (encore une fois). Conscient de son auditoire de guignols zozotériques à deux balles, de sédévacantistes et de musulmans chez qui la peur de la "sorcellerie/magie noire" reste toujours très grande, notre "maître du logos" se devait d'intégrer Satan dans son décor d'Empire. En voici un exemple: dans une vidéo mensuelle assez récente, notre sociologue/boxeur qualifie de "satanique" un reportage sur un lieu de BDSM où est pratiqué le fist-fucking, la Fistinière (ou Chapelle Fistine). Je reconnais que la promotion par la télévision de ce genre de pratique n'est pas ce qu'il y a de plus sain : une nouvelle tentative de marchandiser le sexe. Mais Soral se couvre de ridicule en y invoquant ici le satanisme car, outre le fait qu'il n'y ait rien d'occulte, religieux ou magique, ce geste du fist-fucking est le même que celui de la "quenelle" de Dieudonné. Donc, suivant la logique soralienne, faire ce geste à quelqu'un pour lui donner un plaisir sexuel, c'est satanique tandis que le faire au système, c'est de la dissidence, de la subversion et c'est très bien. Mais il y a lieu de croire que Soral s'y connaît mieux dans cette pratique -et dans le reste du BDSM- qu'il ne veut bien le dire. Je me rappelle qu'à l'émission d'Ardisson, il avait fait référence au fouet et à la cagoule, ce qui avait fait bien rire l'animateur. Et pour se disculper d'avoir pu lui-même faire dans ce "satanisme", Soral se cache derrière sa lecture du Marquis de Sade et "qu'il sait ce que c'est que la transgression" (probablement un autre mot utilisé avec une majuscule pour faire croire qu'il s'agit d'un grand concept philosophique -comme "l'Empire" ou "la Banque"- que seul notre "sociologue hégélien" peut réellement comprendre). Une ambiguïté volontairement installée pour qu'il puisse être certifié "anti-satanique" par les soraliens tout en poursuivant ses pratiques personnelles; car je suis persuadé qu'il a déjà pratiqué le BDSM et qu'il le pratique peut-être encore aujourd'hui. Ne serait-ce parce qu'il est "maître-quenellier"...

Excursus : Le rapprochement entre le fist-fucking et la "quenelle" amène un point important : si le premier consiste à apporter un plaisir sexuel "par en arrière", le second consiste-t-il à faire jouir l'Empire ? Serait-ce en fait la nouvelle trouvaille en matière de fausse subversion qui, loin de nuire au système, lui donne plus de force ? Ce double-sens fait penser à SOS Racisme qui peut autant signifier "sauvons le racisme" que "attention danger, il y a du racisme", ou encore Ni Putes Ni Soumises qui, suivant le principe psychologique de la dénégation, peut aussi bien vouloir dire "putes et soumises". Ce qui ramène à l'orateur de bijuu11 cité plus haut, quand il affirme que E&R, c'est la même chose que SOS Racisme et Ni Putes Ni Soumises.

Pour terminer cette suite au coup-de-gueule, j'ajouterai ce mot par rapport à ceux qui ont relayé mon texte. Certains ont écrit "un ancien soralien déçu" pour me décrire, et c'est vrai que j'avais affirmé que mon expérience s'apparentait à l'entrée et la sortie d'une secte, mais de me qualifier de "soralien" n'est pas exact. C'est un peu trop excessif. Je n'ai jamais adhéré à l'organisation, ni été à un rassemblement. Je n'ai jamais contribué financièrement d'une façon ou d'une autre et je n'ai même pas côtoyé d'autres personnes pouvant s'intéresser à Soral ou E&R. Tout-au-plus, j'ai écrit des commentaires sur le site et rapidement je me suis retrouvé en butte contre l'ensemble de la meute soralienne; on pourra dire qu'il a suscité chez moi une curiosité intéressée pour ensuite laisser la place à une lente et constante dégradation de l'aura de probité. Ajoutons à cela que si j'avais vécu en France, je me serais rendu compte bien plus rapidement de ce qui se cache derrière Soral et E&R, ayant plus d'éléments à ma portée pour faire un jugement éclairé. Mais rien n'est perdu, mon expérience avec le "soralisme" sera pour moi une démonstration "dans le réel" de ce que signifient Joseph Heath et Andrew Potter par Révolte consommée. Francis Cousin explique que le système crée des voies de détournement de la subversion et Heath et Potter expliquent comment il procède pour le faire, avec cette "contre-culture" dont Soral se réclame (lui qui se dit issu des milieux punks). L'éternel retour du concret...

Charles Tremblay

2 commentaires:

  1. Article intéressant.
    Cette "vague" anti-Soral est importante en effet, et j'espère qu'elle va se perpétuer car Soral fait de plus en plus de tort à la véritable dissidence.

    RépondreSupprimer
  2. Note du 10 avril 2013

    C'est fou comment un article sur le web peut vieillir rapidement. Je suis dans le regret de vous annoncer que l'un des liens de l'article, celui de bijuu11, n'est plus valide. Il semble que la vidéo Dailymotion où le lien aboutissait ait été retirée. Cela est fort regrettable.

    Je suis désolé pour l'inconvénient et je vous remercie pour votre compréhension.

    RépondreSupprimer