lundi 25 février 2013

Coup de gueule : Alain Soral (3)

Puisqu'il y a une demande pour le sujet, voici une seconde suite à mon dégonflement de la baudruche Soral. Autrement dit, une nouvelle tournée générale de Soral-bashing sur mon compte.

Il y en a encore tant à dire sur le cas Alain Bonnet de Soral. C'est qu'on se dit toujours que l'homme va atteindre sa limite et pourtant non, il descend toujours davantage dans la bêtise ambiante. Comme la marchandisation finit toujours par saturer les endroits où elle s'infiltre, Égalité et Réconciliation devient chaque jour davantage une entité commerciale comme toutes les autres et il s'y répand de plus en plus une ambiance de secte. Les informations présentés sont sélectionnées pour justifier l'idéologie du groupe et nous avons maintenant droit à l'AteliE&R, où de jeunes acolytes explicitent la "pensée soralienne" pour espérer un jour monter dans la hiérarchie très stricte et réduite de l'association.

Il y en a beaucoup à dire mais je vais commencer par revenir sur mon premier article. À la suite de sa publication, j'ai reçu quelques commentaires de la part de soraliens. On m'a traité de sioniste, de "povre con" (sic), d'être un "antisoral primaire" (re-sic), d'être le "Jean Robin québécois", etc. Mais surtout, j'ai reçu un commentaire anonyme qui est tellement dans l'esprit soralien que je me demande s'il pourrait provenir de notre marchand de vin lui-même. Le ton y est condescendant, infantilisant et d'une familiarité non-avenue de mauvais aloi, comme c'est bien souvent le cas quand le "virtuose du logos" décide s'en prendre à quelqu'un. Le voici :
Bof Charles. Y a anguille sous roche on le sent, ton article n'est pas neutre du tout même si tu essayes, et j'aimerais bien savoir pourquoi tu l'as écris... certains arguments sont vraiment minables quand tu commences à parler de rumeurs d'infidélités etc... pas de scoop, que des sous-entendus, des on-dit, des suppositions, des jugements... Pitoyable ton article mon petit.
D'abord, j'aime bien son expression  "Y a anguille sous roche on le sent". Que ce soit Bonnet de Soral ou un disciple qui copie fort bien son maître, on voit qu'il s'ouvre la possibilité de pouvoir m'accoler l'étiquette infamante qu'il veut : maladie mentale, traître congénital, jaloux, agent sioniste undercover, écrivain raté en mal de lecteurs, mercenaire, fraîchement converti au wahhabisme/talmudisme/protestantisme/satanisme, trotskiste, pédophile sous chantage policier, franc-maçon et/ou païen infiltré, sodomite refoulé, sous influence de la sorcellerie des élites/des Réseaux/de la Banque, "suivez l'argent", etc, etc, etc.On connaît tous la fertilité de l'imagination soralienne quand il s'agit de se déclarer un ennemi. Sinon, revoir l'incroyable animation vidéo de ParanoMagazine sur Soral et Tariq Ramadan -Le petit Soral illustré: Comprendre l'Empire Judéo-Islamo-Trotskiste des Qatari anglo-américains grâce aux Évangiles et Tariq Ramadan- la démonstration la plus magistrale que je connaisse.

Notre soralien pur jus me reproche d'avoir parlé des rumeurs d'infidélité du "philosophe hégélien". Dans le cas de critique de toute autre personne, c'est vrai que d'aborder ce sujet aurait été déplacé. Mais dans celui du "sociologue de la drague", qui n'hésite pas à attaquer les gens sur leur sexualité comme "J'ai baisé ta femme, Guillon !", "Clouscard m'a rejeté parce que j'avais plus de succès auprès des femmes que lui", "Voyez ce que publie Maffesoli et sa femme sur un site d'agence de rencontres", "Dantec se la joue violent parce qu'il a une petite bitte" ou encore "Je suis de la pudeur du Nord, opposé à la vulgarité sépharade", je ne vois pas pourquoi j'aurais à me priver d'évoquer ces rumeurs d'infidélité. D'autant plus que dans le cas du Bonnet de Soral, on s'aperçoit bien souvent "qu'il n'y a pas de fumée sans feu". Enfin, rappelons que ces rumeurs ne sont que quelques lignes sur un texte de plus de huit pages et que les qualifier de "minable" permet à notre commentateur anonyme de passer sous silence que notre homme a bel et bien invité ses disciples à aller se battre au couteau en Bretagne contre un crétin irrécupérable qui n'en vaut pas la peine.

Notre anonyme que je suspecte d'être "Poupeto-c'est-moi" en personne me dit qu'il n'y pas de scoop dans mon texte. C'est vrai, je n'ai fait qu'exprimer ce que je pense de Soral et oui, la majorité des propos que j'ai tenu peuvent se retrouver sur les blogs, Facebook, les forums de discussion, etc. C'est que je n'ai pas publié ce coup de gueule uniquement pour être lu, comme une sorte de Marc-Édouard Nabe désireux d'un public. J'ai écrit essentiellement pour des raisons personnelles, pour clarifier mes idées et mes impressions sur le sujet-Soral. À la limite, même si personne ne m'aurait lu, j'aurais tout-de-même présenté ce texte sur mon site. Alors non, pas de scoop. Et cela répond également à la question de la "tentative de neutralité" (je ne sais pas où l'anonyme est allé chercher ça) car je lui rappelle qu'un "coup de gueule", c'est un style littéraire qui ne se veut pas neutre du tout. Je n'ai pas fait une thèse de sociologie ou de philosophie sur le "virtuose du logos", j'ai fait un compte-rendu de mon expérience avec le soralisme. C'est pourtant évident.

Maintenant, à propos des "sous-entendus", des "on dit", des "suppositions" et des "jugements". Que des sous-entendus et des suppositions, vraiment ? Pour démontrer que mon propos sur Soral ne relève pas uniquement de ma subjectivité, il suffit de s'installer avec un compteur manuel et de regarder les vidéos mensuelles. À chaque fois qu'il dit "moi", "je", "il est sur la ligne E&R", "encore une fois, j'avais raison", toute allusion comme quoi il serait l'incarnation de la virilité ou encore quand il insulte ouvertement son auditoire, vous ajoutez une unité au compteur. À la fin de votre expérience, je vous garanti que vous serez effaré par le nombre d'unités que vous aurez compté (si vous avez joué le jeu honnêtement, cela va sans dire). Vous aurez une preuve tangible et objective de ce que j'avance sur l'homme.

Pour une seconde preuve objective et vérifiable de ce que j'affirme, il suffit d'avoir entre les mains "le petit livre noir" de Soral, le petit catéchisme pour ses fans. Encore à la vidéo mensuelle de janvier 2013, l'équipe soralienne nous affirme en incrustation "Y a tout d'dans, qu'on vous dit", mais en feuilletant les pages, on voit bien qu'outre la mauvaise division des paragraphes et le flou des propos, il n'y a aucune référence textuelle ni de bibliographie, ce qui rend l'ouvrage impropre à toute pédagogie. Non, il n'y a pas tout dedans que je leur dit, et juste un peu de connaissance est quelque chose de très dangereux. Comprendre l'Empire est un guide pour croyants et non un travail scientifique.

Pour une troisième preuve que mon propos a un objet réel, il suffit d'aller au site d'E&R et y constater la publicité et le placement de produits-maison. À la page de la vidéo mensuelle de janvier 2013, entre les boîtes-vidéos et le forum des commentaires, il y a le placement de plus de 22 produits (oui, 22, comme le nombre de lettres hébraïques ou d'arcanes majeures au Tarot) dont deux T-Shirts et un DVD d'humour. Ce n'est pas de la supposition et du "on dit", c'est constatable avec ses yeux, c'est "l'éternel retour du concret".

---

Voilà pour ce qui était des réactions à ma première sortie. Maintenant, poursuivons contre l'homme. Je me rappelle lors de la sortie de Comprendre l'Empire, son auteur avait piqué une crise sous prétexte que les "anti-sionistes belges" (entendez par-là Jean Bricmont, Michel Collon, Souhail Chichah et Olivier Mukuna) auraient empêché la diffusion de l'opus en Belgique. Le "virtuose du logos" allait jusqu'à dire qu'il avait des preuves grâce à des contacts dans le pays. Puis finalement, on a su la vérité : un libraire connaissance de Michel Collon lui a demandé ce qu'il pensait du livre et ce dernier n'était pas enthousiaste. Quelqu'un a entendu des bribes de conversation ou autre truc du genre et l'a rapporté à Soral qui lui en a fait tout un plat. Et comme à son habitude, notre "philosophe hégélien issu des milieux punks" en a gardé une rancune persistante. Après, il n'en a pas manqué une pour les traiter de cons et d'idiots utiles du sionisme, plus particulièrement Collon. C'est en réaction à cette crise qu'Olivier Mukuna a écrit sa lettre ouverte et c'est à partir de cette même crise que Soral a décidé de s'aligner sur Gilad Atzmon et Israël Shahak pour ne plus parler "d'anti-sionisme" mais de "judaïsme talmudique", un grand coup dans la dérive sectaire d'Égalité et Réconciliation.

Lorsque Collon a appris pour la réaction du "marchand de vin survivaliste", il a dit que ce serait bien d'organiser un débat entre les deux mais que personnellement, il manquait de temps. Il a dit également que ce serait bien que quelqu'un se charge de débusquer ce qu'on pourrait appeler "l'idéologie soralienne". Je ne prétends pas m'atteler à cette tâche mais si je prends la peine d'écrire ces textes à charge maintenant, c'est en partie pour fournir du matériel au brave qui relèvera sérieusement le défi.

Par où commencer ? Par le très suspect et trop anonyme "Collectif Amanah" ? L'affreuse BD Yacht People ? Le DVD où Soral se la joue "guerrier viril" ? La commercialisation toujours plus envahissante d'E&R et la vérité derrière le "partenariat" avec Au bon sens, Sanguisterrae et Instinct de survie ? Son nouvel ami Falotti, un athée qui veut se faire appeler Saint-Georges ? Sa prétention à mériter son Salut d'emblée et d'être un "mystique authentique" ? L'encouragement à toujours davantage d'irrationalité religieuse et de délires ésotériques/magiques/sataniques chez les soraliens ? Et le couronnement de l'écoeuranterie soralienne : la prétention de savoir mieux que moi ce qui est bon pour moi et vouloir me l'imposer par la force (à la rédaction de mon premier article, je n'avais pas écouté la vidéo de Hong-Kong). Le choix ne manque pas. Il n'y a pas de nouvelles accusations car le fond du personnage a été cerné mais les tendances s'accentuent gravement en 2013.

Puisque je l'ai nommé en premier, autant commencer avec le "Collectif Amanah". Lorsque j'ai vu l'apparition de ces vidéos sur le site d'E&R, je n'avais pas trop porté attention. Encore un petit groupe de militants qui s'est procuré une caméra-vidéo et ils ont réussi à accrocher le "boxeur kontre-kulturel" au théâtre de Dieudonné. Mais je suis quand même allé voir sur leur page Facebook. Cette page était toute fraîche, elle venait juste d'apparaître sur le net, en même temps que la publication des vidéos. Dans les "Mention J'aime", il n'y avait que deux noms : E&R et Salim Laïbi. J'ai trouvé ça bizarre puis j'ai vu sur L'encyclopédie du soralisme (anciennement Dans la peau d'Alain Soral) que je n'étais pas le seul à être dubitatif sur l'origine de ce "collectif musulman traditionaliste". En présence de Laïbi dès l'ouverture, on est en droit de soupçonner que le qualificatif "traditionaliste" réfère davantage à René Guénon qu'à une orthodoxie sunnite ou chi'ite et maintenant, une histoire de "front islamo-chrétien contre front  polythéiste" (contre les Hindous qu'aimait tellement Guénon ?). Surtout qu'à la fin de la deuxième partie de l'entrevue, Soral nous parle de son amour pour Guénon, Evola et Corbin. Dans tous les cas, une chose est sûre, le logo du "collectif" ne fait ni traditionaliste guénonien, ni Islam classique. Ce lettrage mi-punk mi-industriel me fait plus penser au logo de Kontre-Kulture qu'autre chose. Constatez par vous-même :



Je n'affirmerai pas ouvertement que le "Collectif Amanah" est une création soralienne. Cependant, suite à l'affaire Franck Abed, je suis en droit de me demander si nous assistons actuellement à la montée d'une nouvelle mode dans le milieu de la "dissidence", celle de la dissimulation. J'ai visionné un bout de cette entrevue du "collectif" avec Soral et on y constate qu'on ne voit pas du tout l'interviewer et on n'entend pas sa voix non plus (les questions sont présentés à l'écran sous forme d'intertitres, comme un vieux film muet). Rappelons à Soral tout-de-même que le secret, ça ne fait pas très chrétien...

Si on peut douter de l'existence du "Collectif Amanah", on ne peut pas douter de l'existence de cet autre collectif qu'est The Savoisien. Dans leur petite guerre privée contre Bonnet de Soral, ils ont numérisé la bande dessinée Yacht People où celui-ci est scénariste pour l'offrir gratuitement à quiconque la veux sous forme de PDF. Je n'aurais jamais osé acheter ça mais offerte sur un plateau d'argent... Et encore une fois, Alain Soral est descendu encore plus bas que je ne pouvais le croire dans la bêtise ambiante.

Le format bande dessinée n'est pas mauvais en soi. J'ai déjà vu d'excellentes idées être exprimées par celui-ci. Malgré ses approximations, son discours en girouette et son incapacité à écrire un livre réellement pédagogique, Soral aurait pu faire quelque chose de bien en bande dessinée. Il aurait pu d'une manière drôle, subtile et intelligente nous montrer de visu des mensonges atlantistes, des hypocrisies politiciennes, la face caché des lobbys féministes ou gays, etc. Mais au lieu de cela, nous avons droit à quelque chose d'aussi mauvais que ce que nous offre le consumérisme occidental. Peut-être même pire. Gratuitement ultra-violent, vulgarité proche de la perversion et absence complète de tout propos intelligent.

Je ne ferai pas le résumé de cette chose qui se veut BD mais j'attirerai l'attention sur la sexualité qu'on y retrouve. C'est d'une infantilité crasse de style "pipi-caca", digne de la "quenelle" du "grand chef de la résistance". On y retrouve l'obsession de Soral pour Arielle Dombasle, qu'on connaissait depuis qu'il a trouvé une VHS d'elle en Espagne et qu'il nous l'a montré en longs extraits dans une de ses vidéos mensuelles. On y retrouve également l'ambiguïté du bonhomme quand il s'agit de sadomasochisme. La moitié de la page 38 est consacrée à une représentation imagée des perversions sexuelles des terroristes : féminisation, ligotage pour torture et servitude. Soral vient nous dire que la Fistinière, c'est satanique mais après, il nous montre le détail en BD. Sous prétexte de dénonciation et de nous montrer "les vraies choses", il fait lui-aussi sa part pour populariser ces pratiques. Mais j'imagine que là, c'est de la "transgression dans le sens du Marquis de Sade" tandis que la Fistinière, "c'est pas pareil"... Je suppose que je ne peux pas comprendre parce que je ne suis pas un initié comme ceux qui fréquentent les forums d'E&R et qui comprennent l'humour subtil de la "quenelle" et du "ferme-là à tout jamais". Quoiqu'il en soit, je me demande ce qu'en dirais le sheikh Imran Hossein si je lui montrais ça en lui disant "Voyez, c'est l'oeuvre de celui qui édite votre livre en français et qui se dit mystique authentique".

Après la Quenelle en haute-mer, autant ne pas parler du DVD de boxe. Seulement, je m'étonne du nombre de musulmans faisant partie de l'association soralienne qui ne bronchent pas devant ce cas flagrant d'idolâtrie. Si l'argent-papier est lui-même du shirk, que dire d'un DVD où un mec qui a perdu son seul combat à vie veut se la jouer "Mohammed Ali". Ça aussi, ça serait à envoyer au sheikh avec la BD. "La leçon du père Soral", alors qu'il a la réputation de se sauver dès qu'il se sent menacé. Soyons braves... fuyons !

Je me tient au courant sporadiquement de l'activité anti-soralienne sur des sites comme L'encyclopédie du soralisme et depuis quelques temps, des réguliers de ce dernier se sont mis en tête d'aller voir ce qui se cache derrière les "PME en partenariat avec E&R". Un certain "Renardeau" a eu la bonne idée d'aller vérifier les titres de propriété sur les bases de données de l'Institut National de la Propriété Industrielle (INPI). On y apprend ainsi que Kontre-Kulture et Instinct de Survie sont enregistrés au nom d'Alain Bonnet. Également, il y a un "ZZSoral" qui raconte en anecdote comment la commercialisation d'E&R a commencé. Je vous le cite ici :

Petite anecdote: Un adhérent motivé d’ER (Alex) a décidé un jour de monter la boutique ER, au départ, Soral s’en foutait complétement, c’était genre « ouais, ouais faites ce que vous voulez » … Donc, Alex lance le projet, en se disant, ER est une association, nous avons besoin d’argent pour les tracts, les affiches, etc … Une belle initiative. Il s’avère qu’en fait, sur 2 semaines – 1 mois, on s’est rendu compte que la boutique rapportait pas mal d’argent ( + ou – 2000 euros par mois, et c’était que de le début). Tout d’un coup, Soral s’y intéresse et que fait-il ? Comme il ne peut pas accéder à l’argent, car appartenant à une association, il décide de monter une autre boutique à son nom « KK » sous un prétexte complétement frauduleux. Certains camarades, dont moi, faisons remarquer l’arnaque, y compris à Soral, qui ballait nos inquiétudes d’un revers de la main. Finalement, après avoir viré les éléments intelligents, il liquide la boutique ER (vous pouvez vérifier sur le site) et lance sa propre boutique. Bilan: Le pognon qui allait à l’association, va directement dans la poche de Soral.

ZZsoral accompagne son propos d'un lien menant à la défunte "boutique E&R", lien toujours actif au moment de la rédaction de ces lignes. Pour le reste, remarquons que l'adresse légale des quatre PME est la même : SARL Culture pour tous, 3 Rue du Fort de la Briche, La Conche, 93200 Saint Denis. Ainsi, nous avons suffisamment d'indications pour croire que Soral ment quand il affirme qu'E&R vient en aide à des PME. Il s'agit plutôt de ses propriétés personnelles comme tout business man mais il n'a pas eu le courage de le dire ouvertement à ses fans.

Tiens, cette histoire de PME soraliennes me donne le goût de jouer à un jeu. Le "sociologue-boxeur" l'appelle "Suivez l'argent" ou encore "Qui paie qui ?" et il l'avait proposé pour "démystifier" Tariq Ramadan. Moi, je propose d'appliquer ce jeu à notre homme. Après tout, il invite lui-même à le faire dans la vidéo d'Hong Kong. Je me demande de quoi Alain Bonnet de Soral a-t-il pu vivre entre son départ du Front National et le démarrage de ses PME. Les soraliens à tout crin me diront qu'il vivait de la vente de ses livres mais je doute que l'écriture de bouquins, même best-sellers, puisse faire vivre quelqu'un dans le Marais à Paris ou à Bayonne (avec femme et enfant, qui plus est). Alors qui a entretenu "AS" au moment de l'élaboration d'E&R ? Bien sûr, je ne suis pas en mesure de répondre ici mais la question reste pertinente à poser. S'est-il laissé vivre sur l'argent de son épouse pendant tout ce temps ? A-t-il été soutenu discrètement par des réseaux dont il a intérêt à ce qu'on en ignore tout ? Nous verrons éventuellement la suite des évènements mais encore une fois, à lui qui nous dit que "Jésus, c'est le patron", qu'il se souvienne que le secret, ça ne fait pas très chrétien.

---

Suffit les histoires d'argent et de marchandise. C'est toujours la même rengaine, "il y en a encore long à dire", mais je tiens à terminer un jour cette troisième partie au coup de gueule. Il est maintenant temps de passer au plat de résistance avec mes accusations les plus importantes contre Soral et le soralisme, c'est à dire le délire interprétatif religieux et la dérive sectaire de plus en plus manifeste. Tout récemment, j'ai remis la main sur livre anti-Raël de Maryse Péloquin, Raël, voleur d'âmes. Biographie d'un menteur, paru en 2004 chez l'éditeur québécois Trait d'Union et assurément le meilleur ouvrage sur Claude Vorilhon. Je ne peux m'empêcher de remarquer que Soral et Raël ont un point en commun : ils sont tous deux des amuseurs publics formés par et pour les médias qui se sont finalement retrouvé "lâchés lousses dans la nature". Fort de leur aura médiatique, les deux se sont formé une petite cour d'admirateurs desquels ils vivent à leur dépends. Les deux groupes, les raéliens et les soraliens, ont tous deux cette caractéristique d'être très centrés autour de la personnalité de leur chef. Cette idéalisation de la figure d'autorité est l'un des critères des plus importants pour indiquer la dangerosité d'une secte. Il suffit que le gourou "pète les plombs" ou qu'il meure dans des circonstances subites et tragiques pour que le reste de l'organisation en arrive aux pires extrémités. Maryse Péloquin averti ses lecteurs que derrière les accoutrements grotesques de Vorilhon se cache la dangerosité réelle de cette tribu trop "tricotée serrée" et dans une moindre mesure, je suis enclin à croire qu'il en est de même avec les soraliens et leur icône. Je me propose de relire l'ouvrage de madame pour voir s'il n'y aurait pas d'autres points communs entre les deux lascars.

Le destin est venu à mon aide pour démontrer le délire religieux soralien. Le 11 février dernier, le pape Benoit XVI remettait sa démission, ce qui a entraîné une réaction en chaîne prévisible chez les petits gobelins d'E&R. Au moment de la rédaction de ces lignes, à l'article qui annonce la nouvelle, il y a 340 commentaires, c'est à dire largement davantage que la moyenne régulière. Il rejoint presque le nombre de commentaires des vidéos mensuelles du gourou, qui pour janvier 2013, atteint les 600. L'essentiel de ses commentaires sur la démission du pape sont des délires zozotériques sur le chiffre 11, la magie et "Saint-Malachie", de la bigoterie pathétique et des affirmations sans fondements de "spécialistes" auto-proclamés. Terreau fertile pour une explosion de violence irrationnelle (qui a déjà lieu pour les malheureux qui ont contesté certains dogmes de la maison et qui ont eu à se taper toute la hargne dont la meute est capable).

Ayant cité le masochisme plus haut, je vous avoue qu'il m'arrive de le pratiquer : quelques fois, je lis l'ensemble des commentaires lorsqu'il y a sur E&R des articles concernant la religion, l'ésotérique et tout ce genre de choses. Entre autres, je me suis tapé tout ce qui s'est écrit sur les deux articles vidéos concernant la démission du pape, Le pape Benoit XVI annonce sa démission et  Le Vatican foudroyé le jour du renoncement de Benoit XVI et je songe à en faire un bêtisier avec les extraits les plus intenses. Le second article démontre bien le côté "sensationnel", dans le sens des mass-médias, de la revue de l'actualité par E&R. Il n'a même pas été réellement établi que la foudre a frappé l'endroit le jour fatidique et déjà E&R relaie comme un fait certifié. Qu'importe la rigueur journalistique, l'équipe soralienne ne pouvait manquer une pareille occasion, elle savait bien qu'il y aurait là un flot de commentaires (plus de 150, un très bon score). Je ne suis pas le seul à remarquer ce genre de tricherie dans les relais d'info du site. Sur L'encyclopédie du Soralisme, Randall amène le même propos (28 janvier 2013 à 8:52) :

Autre reproche au site d’E et R, leur désinformation, et manipulation, notamment dans les titres d’article.
Loin de moi l’idée de défendre Caroline Fourest (mais comme d’habitude, E et R et sa mauvaise foi nous pousse à défendre l’indéfendable), mais elle était passée à la TV lors de la manif anti mariage homosexuel du 13 janvier, et avait déclaré maladroitement certes :  » 98 % des tordus et délinquents sont des enfants d’hétéros » ou un truc du genre. E et R, dans sa manipulation des propos a transformé cela avec une très mauvaise foi en : « Caroline Fourest déclare que 98 % des enfants d’hétéros sont tordus ou criminels », ce qui ne veut absolument pas dire la même chose.
Et ce genre de procédé digne des pires médias du système envers leurs ennemis, sont récurrents chez E et R, très souvent. Au point que plusieurs commentateurs sont obligés de corriger le tir, et faire la remarque, qui passe quasiment inaperçue dans le flot d’injures, et de haine tout autour.

Il est évident que Caroline Fourest ne va pas dire une énormité du genre  » 98 % des enfants d’hétéros sont tordus », n’importe qui, même un ennemi de Fourest un peu honnête et qui réfléchit un minimum comprend ce qu’elle a voulu dire. Mais le public d’E et R, non, ils ne réfléchissent pas, ils prennent l’info comme elle est servie par le site E et R sans tilter une seconde que ça n’a aucun sens.

C’est très grave
Ce qui avait déjà été dit en plus court par Antonio (27 janvier 2013 à 3:32) :
quand on pratique la censure dès qu’il y a une information véridique et sourcée qui vient contredire un article d’E&R, alors on est dans la malhonnêteté et la manipulation.
Le but du site d’E&R est de sélectionner des sources et des infos qui vont confirmer que les idées de Soral sont les bonnes en toutes circonstances.
Rien que ça, suffit à dégonfler la baudruche, soyez capable de le voir.

Dans le cas de la foudre sur le Vatican, c'est peut-être encore pire que l'exemple de Randall avec Fourest car E&R y encourage sciemment le délire religieux/ésotérique/satanique/magique. Ceci dit, je comprend que l'équipe soralienne préfère les ouï-dires religieux à la rigueur des faits rapportés. Outre le fait que la majorité des guignols qui achèteront du Kontre-Kulture sont dans ce délire métaphysique, c'est moins de travail pour elle. Un peu comme Johan Livernette quand il fait une conférence : il commence par des déclarations authentiques sur le Nouvel Ordre Mondial de gens comme Reagan, Sarkozy et Rockefeller pour ensuite tomber dans le new age sous couvert de "volet spirituel de la dénonciation" et là, se la couler facile car plus besoin de se justifier comme un historien, n'importe quel propos fait l'affaire. Idem pour l'équipe soralienne qui gère le site d'E&R.

Si Alain Soral et l'équipe d'E&R désirent tellement s'aventurer dans le domaine du magique, du symbolique et du paranormal, il existe de nombreuses manières de l'aborder avec une rigueur scientifique. Par exemple le phénomène OVNI, qui est encore un mystère mais où il y a assez d'éléments tangibles pour une recherche sérieuse, avec de véritables scientifiques de formation comme J.Allen Hynek, Jacques Vallée, Stanton Friedman ou Bertrand Méheust. Ou encore la question de la "ancient astronauts theory", qui explique mieux la construction de la pyramide de Gizeh, celle de Visoko en Bosnie, le temple de Jupiter à Baalbek avec son seul bloc de 12 000 tonnes (appelé "la mère enceinte"), Machu Pichu et surtout Puma Punku en Bolivie, que les hypothèses habituelles de billots de bois dans le désert ou à très grande altitude. Ou même les recherches académiques sur le métapsychique, comme à l'Institut Métapsychique International et autres facultés universitaires. Mais bon, reste à savoir si ce que veut le cercle intérieur d'E&R est la recherche sans compromis de la vérité ou faire de l'auditoire à tout prix pour y vendre des marchandises kontre-kulturelles.

Parlant de délire religieux, il faut aussi savoir que le soralisme est un messianisme. Selon la mythologie du groupe, l'homme a sacrifié une grande carrière dans les médias pour défendre Dieudonné et la vérité. Mais la réalité ne corrobore pas le mythe soralien : le sociologue boxeur a vite compris qu’il ne dépasserait jamais le stade de l’invitation occasionnelle sur un plateau de télévision et qu'il en resterait toujours un amuseur public comme Raël. Il s’est offusqué de ne pas pouvoir aller plus loin et comme à son habitude, il a décidé de claquer la porte. Dans ce cas-ci, la porte claquée fut la défense de Dieudonné. Soral défendant Dieudonné par pur dévouement, quand on connaît l’étendue de son ego ? Par sa prétendue « mort médiatique » et sa « résurrection » avec les vidéos mensuelles d’E&R, le soralisme est bel et bien un messianisme, une réplique grotesque du christianisme digne de la messe des ânes. Les vidéos sont la communion, et il y a même du vin qui symbolise du sang (le « sang de la Terre »).

Toujours dans le délire religieux et maintenant avec une mention de la mégalomanie de l'homme, je peux passer à ce que je considère comme étant le pire du soralisme, c'est à dire le "projet sociétal" que nous propose Alain Bonnet de Soral. C'est à Hong Kong que notre lascar a décidé d'exprimer le fond de sa pensée sur le sujet. Dans le cadre d'une réaction face à des gens qui défendent Jean-Luc Mélenchon, Soral en arrive à une extrémité bien pire que le frère .: sénateur socialiste des Lumières. Je le cite : "J'estime que je suis plus formé que vous, et moi je veux passer par un processus révolutionnaire et faire votre bien malgré vous, parce que bien souvent vous ne savez pas ce qui est bon pour vous" (partie 2 à 51:51).

Les soraliens auront beau me rétorquer que ces propos ne s'adressaient pas à tout le monde mais à ceux qui croient à la "subversivité anti-système" de Mélenchon, reste que s'auto-proclamer être plus compétent et s'en justifier pour empiéter sur la liberté des autres, c'est inacceptable. Après les tenants du Front de Gauche, de qui d'autre Soral s'estimera-t-il mieux formé et se justifiera-t-il pour empiéter sur sa liberté "parce qu'il sait mieux que lui ce qui est bon pour lui" ? Et après "Poupeto-c'est-moi", ce sera au tour de Laïbi ou Livernette d'avancer le même propos, de s'en prendre à ma liberté personnelle sous prétexte que j'ai des livres d'Aleister Crowley dans ma bibliothèque ou que j'ai critiqué le soralisme et "qu'ils savent mieux que moi ce qui est bon pour moi et me l'imposeront par la force"  ?

Le vrai cauchemar, c'est quand j'associe cette citation de Soral à Hong Kong avec le délire ésotéro-satanique et l'invitation faite aux soraliens à se rendre en Bretagne pour se battre au couteau contre Clément Moulin. Là on obtient un cocktail véritablement explosif, digne de la constitution d'une petite milice extrémiste. Sans compter que cette histoire du "boxeur hégélien" qui s'estime "mieux formé que les autres" pour la gouvernance politique me fait irrésistiblement penser à la "géniocratie" prônée par Raël. Soral affirme que le système veut nous amener à un conflit des civilisations mais lui-même, par son attitude et ses discours, en fait beaucoup pour nous faire vivre dans un climat de confrontations sociales permanentes. L'instinct de survie c'est bien, cela a permis à l'espèce de se perpétuer et à passer à travers des crises graves mais il n'empêche que c'est également ce qu'il y a de plus bas dans l'homme. L'instinct de survie, c'est aussi penser à sa petite gueule au moment où les grands idéaux appellent au sacrifice de soi. En termes guénoniens, l'instinct de survie, c'est de la substance et du quantitatif, pas de l'essence et du qualitatif. La virilité, ça se mesure en fonction de son détachement de l'instinct de survie.

À la suite des travaux de métapsychique que j'ai nommé précédemment, je pense qu'il existe de grandes possibilités inexploitées cachées dans le fond de notre cerveau et de notre psychisme. Je pense également que ce potentiel est un atout inestimable, voire essentiel, pour que les peuples puissent s'affranchir de ces affreux banquiers de Wall Street, ces généraux de l'OTAN et ce sionisme qui n'est autre que le projet d'esclavage de l'humanité pour une poignée d'élus. Mais il n'est pas facile de s'y intéresser lorsqu'il y a quelqu'un autour toujours prêt à hurler "Satanisme !". C'est là que je considère que des gens comme Laïbi et Livernette sont des auxiliaires objectifs du système. Avec leurs discours de chasse aux sorcières remake 21ième siècle, leurs dénonciations de "sorcellerie des élites", "magie noire", "new age" et vaudou, ils sont l'autre partie de la tenaille (la première est le déni des mass-médias que ces "pouvoirs" existent) pour empêcher le développement du métapsychique dans la population en général. Et sur ce point, je leur en veux profondément et j'en veux à Soral de cultiver sciemment l'ambiance malsaine où ce zozotérisme putride prolifère. C'était le facteur premier de la discorde lorsque je participais aux forums d'E&R et c'est encore le point le plus important que j'ai à reprocher au soralisme. C'est à partir de là que je peux mesurer à quel point tout ce qui relève de "AS" et sa bande de deux de pique est complice du mondialisme.

Ce n'est pas encore fini, on peut en écrire encore plus, mais je vais m'arrêter ici pour l'instant. Écrire uniquement pour s'attaquer à quelqu'un ou quelque chose n'est pas ce qu'il y a de plus amusant et je commence à me lasser. Il faudra quand même revenir sur San Giorgio dont le vrai nom est Falotti. J'ai davantage d'estime pour lui que pour Soral mais je trouve sa situation manifestement très trouble. Il raconte lui-même qu'autrefois, il était du "côté obscur" en marketing informatique et aujourd'hui, je ne suis pas sûr qu'il en soit réellement revenu...

Charles Tremblay

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire