vendredi 26 avril 2013

Réponse à un correspondant sur le soralisme (2)



Bonjour. Ceci est une nouvelle réponse dans l'échange épistolaire entre l'administrateur/modérateur de la Jérusalem des Terres Froides et un membre d'Égalité et Réconciliation qui remet en cause son appartenance soralienne. Comme la réponse précédente, celle-ci est présentée sous forme d'article régulier pour éviter les limitations imposées aux commentaires, et ce dans la même présentation : d'abord la missive du correspondant, suivi de la réponse.

---
Merci Charles pour votre réponse.

Je rejoins tout à fait votre analyse quand vous écrivez qu'être positif est toujours mieux qu'être négatif, "contre", "anti".

Et puisque selon vous Soral n'est pas un dissident, pouvez vous me dire quel mouvement, parti, ou personnalité représente une réelle dissidence ?

Cordialement,

Frédéric

---

Bonjour Frédéric. D’abord, je vous rappelle encore une fois que je suis au Québec; je ne connais pas réellement le paysage politique français. Cependant, il y a François Asselineau dont la conférence sur l’Histoire de France m’a beaucoup intéressé. Il y a Annie Lacroix-Riz quand elle parle de la défaite française de 1940 et les mensonges sur la guerre du Golfe de 2003. Il y avait Ludo Martens quand il nous donnait l’heure juste sur l’URSS des années 20-30 et non les fantasmes de la guerre froide et des « savoisianistes ». Il y avait également Henri Guillemin quand il « dynamitait la statue de Napoléon ». Mais de vous dire comme ça, qu’est-ce qui représente « une réelle dissidence », j’ai bien peur de ne pas pouvoir vous répondre. D’autant plus que comme l’affirme Krishna dans le Mahabharata : « Nul homme bon est complètement bon et nul homme mauvais est complètement mauvais ». Sans compter également que comme aurait pu dire un Jacques Lacan, « il est impossible pour qui que ce soit de dire complètement la vérité ».

Au Québec, nous n’avons pas trop le problème de déterminer qui fait réellement dans la dissidence ou non car la cause de l’indépendance nationale est déjà une sérieuse dissidence contre les oligarchies mondialistes. Ils refusent catégoriquement toute idée d’un Québec en tant que pays représenté aux Nations Unis et la communauté juive est anormalement impliquée dans cette lutte pour empêcher l’émergence à l’international de la nation québécoise.

Pour le reste, je vous renvoie Frédéric à la métaphore du site sur l’éléphant dans la fourmilière. S’il y a un mouvement, un parti ou une personnalité qui représente une vraie dissidence, le Système va s’en charger avec un scandale sexuel, un assassinat, une corruption, une infiltration, un chantage, etc. Mais si la dissidence est décentralisée au maximum, alors le mondialisme ne pourra plus la « décapiter » car là où il en frappera un, trois autres prendront sa place, là où il en frappera dix, cent prendront leur place et tôt ou tard, la dissidence aura le dessus « et l’éléphant sera dévoré jusqu’à l’os ».

Je me doute bien que je ne vous donne pas une réponse facile, Frédéric, mais c’est la meilleure que je puisse vous fournir. À vous de vous faire votre propre dissidence, avec ce qui vous semble crédible de vos recherches sur le ouèbe et dans les livres. C’est vrai que c’est plus exigeant que d’avoir une source sûre mais sur le long terme, je crois que c’est mieux dans votre intérêt et dans celui de la dissidence. Sans compter qu’il ne faut pas fétichiser cette expression de « dissidence »; elle ne fait qu’indiquer une mouvance nébuleuse dans les populations occidentales qui refuse de croire aveuglément ce qu’affirment les mass-médias mondialistes.

Tendez un maximum vers la vérité, Frédéric, tentez de devenir maître de vous-même, vous serez alors un problème beaucoup plus sérieux pour les « globalists » que toutes les actions d’un Alain Soral, d’un Salim Laïbi et tout le reste de cette troupe.

J’aurais bien voulu aller plus loin dans ma réponse, mon cher ami, mais les limites du temps m’empêchent pour l’heure. En espérant que vous trouviez quand même un ou deux sujets à réflexion dans ces quelques lignes, j’en serai ravi.

Amicalement vôtre
Charles Tremblay

3 commentaires:

  1. Bonjour,

    Pour ma part je crois qu'il y a beaucoup de phantasme sur cette mondialisation que certains transforment en "isme" pour se désigner un ennemi.

    Quelques exemples typiques concernant la "dissidence" soraëlienne:

    Le reproche récurrent que les sionistes, autrement dit dans la bouche de Soral les juifs ne nous leurrons pas, sont pour le nationalisme en Israël et pour le mondialisme ailleurs.

    Dans ce cas comment expliquer que ces mêmes juifs israéliens et leur gouvernement ne rêvent que d'une chose qui est de faire partie de l' Union Européenne, elle même Cheval de Troie du mondialisme selon les "dissidents" ?

    Quant à la Russie, soit disant grande opposante au mondialisme, n'est-elle pas une fédération constituée de dizaines de nationalités et peuples différents ? soit une sorte d' Union Européenne à la sauce slave ?

    Quant à Kadhafi, autre soit disant grand résistant au mondialisme et que Soral nous donne en exemple (Soraël en bon guru n'aime que les dictateurs), ne voulait-il pas unifier le continent africain en créant des "Etas Unis d'Afrique" avec une banque centrale africaine et surtout une monnaie unique ? Le tout en s'auto-proclamant « roi des rois traditionnels d'Afrique »...

    Et des contradiction comme ça chez les "dissidents" on en trouve à la pelle.

    Je crois qu'effectivement la dissidence d' Égalité Réconciliation Commerce est une vaste blague qui commence à rapporter beaucoup d'argent à certains...

    Dans tous les cas, Frédéric, que cela ne vous empêche pas de prendre du recul comme vous le conseil si justement Charles, pour réfléchir et ne pas gober tout ce que raconte Soraël le manipulateur.

    Cordialement.

    André

    RépondreSupprimer
  2. Merci Charles pour votre réponse.

    Je connaissais François Asselineau. Ses conférences sont excellentes.

    J'ai remarqué des articles sur le Vaudou dans votre blog. Je ne connais strictement rien dans ce domaine. Je suis à l'origine très cartésien mais depuis 2008 je m'intéresse à la spiritualité.

    Trois livres ont bouleversés ma vision des choses: "Le pouvoir du moment présent" et "Nouvelle Terre", tous les deux d'Eckhart Tolle et "Les sept lois spirituelles du succès de Deepak Chopra. Si vous ne connaissez pas ces ouvrages, je vous les recommande vivement.

    Je m'intéresse aussi depuis peu à "Colibris": c'est un mouvement créé par Pierre Rabhi pour favoriser l'émergence d'un autre modèle de société. Je vous invite à visiter leur site:
    www.colibris-lemouvement.org

    N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez.

    Est ce que l'essentiel n'est-il pas de se changer d'abord soi-même, (avant de vouloir changer la société) en s'affranchissant de toute idéologie ?

    Cordialement,

    Frédéric





    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Moi aussi je me suis intéressé aux conférences de Asselineau que je trouve toujours intéressantes mais comme toujours, je fini par me pencher un peu plus sur le sujet de prédilection de l'auteur, pour avoir d'autres avis, et en l'occurrence concernant Asselineau il s'agit de la construction européenne.

      Et là je dois avouer que Asselineau défend sa chapelle nationaliste et anti-européenne, certes avec talent, mais que bien souvent il donne une interprétation très personnelle de l'influence et des raisons qui ont poussé les USA à soutenir la construction européenne après 1945. En gros une influence néfaste et malfaisante faite pour affaiblir les nations européennes, comme si elles n'étaient pas déjà suffisamment affaiblies comme ça en 1945 !
      Son interprétation globale, que je reconnais brillante dans son genre, de l'histoire de France est aussi tendancieuse à mon avis.

      Finalement ce n'est peut-être pas Asselineau et ses rois de France mais plutôt Zemmour (dans Mélancolie française) et son Napoléon avec tous ceux à travers les âges qui voulaient construire un empire en Europe et unifier ses peuples, qui avaient raison. Que de guerres et de ruines auraient pu être évitées par la suite.

      Cher Charles ne m'en veuillez pas si je ne suis pas trop "nationaliste". Loin de moi l'idée de "sataniser" ses défenseurs comme certains "dissidents nationalistes" le font pour le camps adverse. Je pense juste que ce concept récent n'a jamais été au fond vraiment utile en Europe, et qu'il est encore moins valable aujourd'hui pour notre vieille Europe encore malade des guerres fratricide qui l'ont conduite au bord de l'abime.

      André.

      Supprimer