vendredi 14 juin 2013

Nouvelle diffamation du Vaudou par un mass-média occidental (2)

Hier la Jérusalem des Terres Froides présentait un article en provenance de Belgique où un mass-média utilisait le mot « vaudou » dans un synonyme de « sorcellerie » ou de « magie noire ». Aujourd'hui nous avons un nouvel article du même pays, sur cette même affaire et utilisant le même mot dans la même signification que Sudinfo.be. Heureusement que le ridicule ne tue pas car dans ce cas-ci, ce serait un coup dur pour les mass-médias belges. On nous parle de Sénégalais faisant des incantations « vaudou » et pourtant, d'aussi loin que l'auteur de ces lignes sache, les Sénégalais ne pratiquent pas la religion vaudou mais plutôt l'Islam. Et qu'est-ce qu'elles avaient de particulier ces « incantations » pour qu'elles soient qualifiées ainsi ? Elles faisaient appel à Papa Legba, à Erzuli Dantor ou au Baron Samedi ? Allons donc, comme la JTF l'a indiqué hier, il s'agit ici d'un conditionnement pavlovien pour diaboliser cette religion par ces oligarchies mondialistes qui veulent se venger d'elle et éviter que les populations s'intéressent à leur plein potentiel magique/psychique (ce qui ne manquerait pas de les délivrer des mensonges de l'inféodation mondialiste).

Voici l'article incriminé et pour le reste, la Jérusalem des Terres Froides reste vigilante sur ce sujet.

---Sursis pour le violeuraux incantations Vaudou---

Par B.L.
Paru dans L'Avenir le 14 juin 2013

NAMUR - Le soir du 21 février 2009 est un soir a priori comme tant d’autres pour Fabienne, étudiante à Namur. En ribote avec une amie, elle fait la connaissance de deux jeunes gens d’origines sénégalaises dont Amadou.

Après un bref passage au kot de Fabienne, la bande sort danser. Au fil de la soirée, les deux hommes cherchent à flirter et se font de plus en pressants. Lourds. Les deux amies décident de s’éclipser.

Plus tard dans la nuit, les fêtards rejoignent Fabienne chez elle, le râteau visiblement mal digéré. Ils la convient à boire un café au domicile de l’un deux. Elle accepte et une fois le breuvage ingurgité, la tête lui tourne. C’est là qu’Amadou commence à proférer des incantations Vaudou. Rapidement, Fabienne plonge dans un état second. Amadou invite alors la jeune fille dans sa chambre et commence à la masser. Cela dérape et se transforme en attouchements et viol.

Si son complice a écopé de 2 ans de prison pour des sévices similaires commis sur l’étudiante, Amadou a fait opposition à sa première peine  : 4 ans de prison. Un nouveau jugement a été prononcé par Marie-Cécile Matagne, hier matin.

Le tribunal a retenu les souffrances physiques et psychologiques occasionnées à la victime et l’abus par le prévenu de la crédulité de la jeune fille. Mais il souligne l’absence d’antécédent du prévenu et assortit sa peine de quatre ans d’un sursis de cinq ans pendant lequel il devra respecter plusieurs conditions comme suivre une guidance sociale et une formation socio-éducative.

B. L.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire