jeudi 12 septembre 2013

Djemila Benhabib serait-elle juive sépharade ?

L'administrateur de la Jérusalem des Terres Froides a dans ses connaissances un vieux Tunisien avec une excellente culture générale. Un jour l'auteur de ces lignes discute avec lui et lui explique que nous avons nous aussi au Québec notre personnalité médiatique qui a pour but de faire envenimer le conflit de civilisation, exactement comme Caroline Fourest en France. Il s'agit de Djemila Benhabib, une semi-Algérienne débarquée ici il y a quelques années et qui a été annoncée en grande pompe par Victor-Lévi Beaulieu, qui a publié ses deux premiers livres. Elle est bien sûr l'égérie de tous ceux qui veulent casser du sucre sur le dos des « barbus » et des « voilées », ceux qui veulent nous vendre le « péril vert » comme les Martineau, Roy, Dutrizac, Facal, Ravary et cie. Le contact maghrébin de votre serviteur l'écoute et lui répond, sur un air interrogatif : « Est-tu sûr qu'elle est bien arabe, qu'elle ne serait pas plutôt juive sépharade ? Je ne pourrais pas te l'assurer sur le moment mais vérifie sur internet, car si je ne me trompe pas, Benhabib ce n'est pas arabe, c'est juif ».

Depuis il y a eu vérification sur le ouèbe et voyez ce qui a été trouvé. Sur cette liste de Modia.org, nous avons une liste des noms de famille typiques des Juifs sépharades, dans laquelle on retrouve... Benhabib ! Eh oui. Bien sûr, un nom de famille sur une liste « en ligne » ne constitue pas une preuve en soi mais ça reste un élément qui ne peut être ignoré. Également, il est dit sur sa page française de Wikipedia qu'elle a été fonctionnaire fédérale. Une Arabe fraîchement débarquée qui obtient un poste au fédéral, où la difficulté d'y entrer est reconnue... tandis qu'une Juive sépharade, fort probablement sioniste et sayanat, ce serait beaucoup moins surprenant ! Elle était déjà connue au fédéral, elle avait été finaliste aux Prix du Gouverneur-général en 2009 pour son premier livre.

Le gestionnaire de la JTF a aussi souvenir de mai de cette même année 2009. À une assemblée de la Fédération des Femmes du Québec où l'organisation se prononce contre l'interdiction des signes religieux dans la fonction publique, la Benhabib s'était mise à hurler que celle-ci avait été infiltrée par les islamistes. Ce qui était faux, évidemment, mais une sioniste en mission de répandre l'huile sur le feu aurait-elle fait mieux ?

Cette petite remarque troublante aurait pu être rédigée pour la tribune libre de Vigile.net, mais considérant le jeu très trouble des « Amis de Vigile », qui se disent officiellement anti-mondialistes mais qui dans les faits vont très souvent dans le sens du Quebecor (promotion du conflit de civilisation sous la table par le support de la « charte des valeurs québécoises », mise-à-l'avant-scène systématique de la Benhabib, travail anti-Desmarais de Le Hir qui n'hésite pas à être en entrevue pour le Journal de Montréal, l'habitué Pierre Cloutier qui propose Péladeau comme premier ministre pour faire l'indépendance, relai systématique du féroce prêcheur de haine contre l'Islam Nouvelle langue française + les prêcheurs de haine maison comme Réjean Labrie et cie.), l'auteur de ses lignes préfère la partager sur son propre site, où il n'y a aucun risque d'une censure hypocrite et malhonnête.

Encore une fois, répétons pour être bien sûr de se faire comprendre : il n'y a pas de preuve formelle que la Benhabib soit Juive sépharade sioniste mais il y a assez d'éléments pour que la question puisse être posée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire