dimanche 20 octobre 2013

Vous avez dit « Islamophobie » ?

Les prêcheurs de haine nous disent toujours que le mot Islamophobie est un mot-muselière inventé par les plus hautes autorités du chi'isme iranien à la fin des années 70. C'est Caroline Fourest qui a donné cette origine du mot et bien entendu, comme toujours avec ce genre d'affirmation lancé par les massmédias, aucune preuve historique probante n'a été donné à l'appui. Qu'importe, pour tous ceux qui se voient comme les lumineux chevaliers du monde libre contre la barbarie verte, c'est bien assez et le cas est réglé. « Islamophobie est une crosse islamiste », un point, c'est tout (pardonnez le québécisme). Et si vous les contestez, vous êtes automatiquement qualifié « idiot utile » et « cinquième colonne islamiste », pour être sûr qu'eux-mêmes ne soient pas plongés en dissonance cognitive.

Quoiqu'il en soit, le responsable de la Jérusalem des Terres Froides ne considère pas Caroline Fourest comme étant un argument crédible. Il demande à voir où le mot Islamophobie a été vu dans l'appareil d'État iranien et ne connaissant pas lui-même le persan, il va s'assurer que cette langue ne contient pas d'agglutinations de circonstance, une garantie que ce qui lui sera montré peut réellement être traduit par « islam » et « phobie » joints ensemble. Et gare aux tentatives de manipulation, l'auteur de ces lignes est conscient de tout ce qu'implique deux familles linguistiques radicalement différentes (même si elles ont le même « tronc » indo-européen originel).

Pour l'heure, votre serviteur a entre les mains le dictionnaire français-persan Rahnama édition 2006, paru et imprimé à Téhéran avec l'ISBN 964-367-092-9, qu'il a trouvé dans un magasin de vente à rabais du genre « Armée du Salut », « Saint-Vincent de Paul », « Renaissance » ou « Village des Valeurs » il y a quelques années. Il le consulte pour y constater qu'il y a le mot islam, le qualificatif (au sens très général) islamique mais pas islamophobie. C'est vrai qu'un dictionnaire « de poche » de plus de mille cent quelques pages n'est pas une preuve suffisante mais comme il est daté de plus de 25 ans après l'origine du mot selon Fourest et que ce dictionnaire a paru avec l'imprimatur des mollahs, pourquoi s'être privé de placer le mot islamophobie à cet endroit si le régime iranien veut que ce mot soit diffusé à la grandeur de la planète ?

Ceci dit, la Jérusalem des Terres Froides n'utilise jamais islamophobie. Dans sa racine, il signifie « phobie de l'Islam » et cette association est justifiée selon les règles de la grammaire française. Or, ce dont il est question ici n'est pas de la peur, justifiée ou irrationnelle, de l'Islam. Ce dont il s'agit ici, c'est justement ça : dans ces temps de perdition et de décadence, certains citoyens occidentaux sont si désoeuvrés dans leur monde intérieur qu'ils ont besoin de compenser en s'imaginant être des chevaliers Jedi luttant contre des bêtes qui ne vivent pas pour elles-mêmes mais qui veulent uniquement détruire leur précieuse « civilisation », leur précieuse « race blanche » (le principe de « l'ennemi absolu » bien connu à Hollywood). Cette idée de « combattant blanc lumineux de la liberté » est une hubris, une forme d'envoûtement, qui crée une extase comme une drogue et qui rend dépendant. C'est ce qui motive les Réjean Labrie, Olivier Kaestlé, « lison », Jean Lespérance et tout le reste de la cohorte des vigiliens, de même que ceux qui sont séduits par les propos des Point de Bascule, Poste de Veille, Bivouac-ID et tout le reste de ce « shit » idéologique. C'est pourquoi ici il n'est jamais question d'islamophobie mais bien de prêches-haine. Leur seul but est de se consolider un bloc identitaire parce qu'ils en sont rendu à voir la vie comme un film hollywoodien ou un jeu-vidéo de guerre. Qu'ils partent en guerre contre tout ce qui ressemble à de l'arabo-musulman s'ils le veulent mais votre serviteur ne veut pas embarquer dans leurs histoires. S'il est content de ne pas vivre en régime théocratique pour pouvoir étudier la magie et l'ésotérisme tant qu'il veut, il ne désire pas non plus gâcher sa vie pour une bande de névrosés qui projettent sur l'Islam leurs propres troubles personnels, et encore moins pour une bande de sionistes derrière qui eux ont ouvertement un projet d'esclavage pour l'ensemble de l'humanité, en passant par une guerre contre les Arabes, les Iraniens, l'ensemble des Musulmans pour finir avec la confrontation ultime Atlantisme Vs Coopération de Shanghai.

La JTF ne résiste pas à l'envie de conclure cet article inopiné par deux commentaires que votre serviteur a écrit sur Vigile il y a plus d'un an, du vivant de Bernard Frappier. Le premier est une réponse au grand délirant « anti-rouge » et « anti-vert » Jean-Louis Pérez-Martel mais dont le propos s'applique à l'ensemble des prêches-haine qui ont été abordés ici, directement ou indirectement. Il paru originellement sous forme de commentaire et il a été repris par le gestionnaire du site pour en faire une tribune libre en elle-même, à laquelle il a rajouté une capsule-vidéo d'Aymeric Chauprade . Le second est aussi un commentaire mais il est resté dans cet état. Ce dernier explique en termes « magiques » les conséquences d'une fixation mentale prolongée sur les histoires de guerre contre les menaces rouge et verte. Ces deux reprises témoignent de ce qu'il était possible d'écrire sur ce site avant qu'il soit accaparé par la bande d'opportunistes appelée « les Amis de Vigile ».

---Réplique à "À tous ceux qui veulent prendre en otage le PQ" - Prendre nos distances d'avec les volontés impériales---

Paru à la tribune libre de Vigile.net le 17 juin 2012.

Le propos de Perez-Martel est une bêtise affligeante. S’il veut faire peur avec l’épouvantail de "l’islamisme", qu’il aille se faire engager au Journal de Montréal avec Martineau, Duhaime et Facal. Là il trouvera des gens "à son niveau", aussi "conscientisés" que lui face au "péril vert".
La soi-disant "menace islamiste" n’est qu’une construction médiatique pour maintenir les populations occidentales dans la peur (cette peur qui fait surconsommer et qui empêche toute réflexion critique) et pour s’assurer de leur appui lors des agressions américano-sionistes contre des pays à majorité arabe et/ou musulmane. À chaque fois qu’on entend parler d’attentats "islamistes", on découvre à chaque fois l’implication, soit de la CIA, soit du Mossad ou tout autre service secret du bloc BAO, toujours dans des buts de contrôle des populations occidentales et d’appropriation des réserves pétrolières. Comme dans le 1984 d’Orwell, où les autorités du pays attaquent elles-mêmes leurs propres populations pour les maintenir dans la crainte et constamment mobilisées.
Le discours délirant de Perez-Martel n’est pas nouveau. C’est le bon vieux discours du "péril rouge", où les communistes étaient censés s’infiltrer partout et utiliser les lois locales pour les détourner et installer une "dictature prolétarienne" mais remis au goût du jour avec une saveur de guerre des religions. Sans compter que cette lutte contre la "menace verte" est fort utile pour faire taire ces associations occidentales qui prennent la défense des Palestiniens contre l’agresseur sioniste. Ce n’est pas pour rien qu’ "Israël" est le "pays" qui insiste le plus sur cette fantasmagorie de "péril vert".
Ce que Perez-Martel n’a pas compris dans ses idées de "grande croisade contre le croissant", c’est que l’idée d’État du Québec n’est pas uniquement un projet d’épanouissement d’une nation ; c’est aussi une volonté affichée de prendre nos distances d’avec les volontés impériales de Washington, Londres, Tel-Aviv et Ottawa. Faire la souveraineté du Québec pour ensuite s’allier inconditionnellement avec l’Otan et "Israël" dans un prétendu "choc des civilisations", comme le prône ce collègue à Martineau et Facal qu’est Bock-Côté, est un non-sens complet. Comme par "hasard", ceux qui aujourd’hui font la grève pour les frais de scolarité sont également ceux qui s’opposeront à ce que leur nation parte en guerre pour satisfaire la hubris mondialiste de quelques vestons-cravates de Wall Street, de la City et de ces militaires occidentaux qui ont trop joué au jeu de plateau RISK quand ils étaient jeunes.
Quand aux "dix millions", ce n’est pas parce qu’il y aurait dix millions de Musulmans en France qu’ils sont tous "islamistes militants". Sauf si dans le cerveau de Perez-Martel, Musulman = Islamiste et que tout pratiquant de l’Islam est une menace potentielle (dans ce cas, une seule solution possible : "vitrifier" environ 20% de la population mondiale). Ce chiffre volontairement exagéré pour faire menaçant, c’est exactement le genre de manoeuvre utilisé par les médias mainstream pour nous faire avaler leur couleuvre d’agenda mondialiste.
Perez-Martel me dit qu’il y a vraiment eu des attentats "islamistes" ? Je lui réponds que les agences de renseignement du bloc BAO connaissent depuis longtemps la psychologie et les techniques pour fabriquer de toutes pièces des sectes qui feront le sale boulot à leur place (les fameuses opérations sous faux-drapeau). Comme le rappelle l’excellent analyste international Aymeric Chauprade, le terrorisme est d’abord et avant tout le fait d’États bien organisés et disposant de beaucoup de moyens. Pas de crétins réfugiés dans une grotte en Afghanistan ou autre bled perdu de la planète.
Mais le cas de Perez-Martel n’est pas désespéré. Il peut toujours aller se faire engager au 98.5 FM avec Maréchal, Dutrizac et Pronkin. Là il trouvera chaussure à son pied. Il pourra se dire "je ne suis pas seul" et de là se justifier "j’ai raison, sus au péril vert". S’il n’est pas engagé par le 98.5 FM ? Qu’il se rabatte sur le net avec Point de Bascule ou Bivouac-ID et autre officine officieuse sioniste. Là aussi, il se retrouvera dans son élément et pourra vociférer à qui mieux mieux "mort aux islamistes/musulmans".
Charles Tremblay

---Le front commun HMCH-NPD-CK* contre le PQ-Marois (commentaire accompagnant le texte)---

Paru sur Vigile.net le 25 juin 2012

Mon cher Pérez-Martel, je vais vous révéler un Secret : plus vous serez "ANTI-marxiste", plus ce que vous appelez "marxisme" se portera mieux. Pire, plus vous l’attaquerez, plus il fera partie de votre identité et plus vous serez dépendant de lui. Vous vous identifierai tellement à votre "combat contre le mal" que vous ne pourrez plus vous en passer et votre santé mentale sera sérieusement ébranlé quand vous verrez des faits réels qui ne correspondent pas à vos représentations mentales (car on dira ce que l’on voudra, le "marxisme", le "fascisme", la "démocratie", le "patriotisme", la "liberté d’expression", etc, sont d’abord et avant tout des représentations mentales et non des faits purs et durs de science matérialiste empirique).
Je vous écris cela par considération pour vous. Car si vous persistez dans votre trajectoire actuelle, vous n’aurez aucune chance de découvrir votre nature profonde si vous êtes toujours envahi dans votre tête par ces images de hordes "marxistes" et "islamistes" guidées par super-Genghis Khan rouge-vert-noir qui vont déferler à tout moment. Ne pouvant découvrir qui vous êtes en réalité, vous ne pourrez jamais être heureux et pleinement comblé de votre vie, vous serez toujours sujet aux dissonances cognitives entre vos représentations mentales et la réalité, vous serez toujours très proche de la dépression (triste, agressive ou les deux), vous serez invivable pour vos proches et vous mourez plein de regrets. Je ne souhaite cela à personne.
Qui plus est, comme tend à nous le démontrer la physique quantique maintenant, l’Univers prend la forme de notre regard. Ce qui fait que si vous regardez votre partie de l’Univers à partir d’un objectif anti-Marxiste, anti-Islamiste, vous tomberez toujours dans votre vie personnelle sur des situations qui exacerberont votre sentiment "anti" (car avant d’être un "fait rationnel et cartésien", "l’anti" est d’abord un sentiment, une émotion, un ressenti). Pourrez-vous jamais être heureux si vous êtes toujours "en tabarnak" et sur le qui-vive du prochain assaut de la "horde" ? N’avez-vous pas peur de devenir ce que vous haïssez justement, aveuglé par la haine de quelque chose qui est sécrété par votre propre mental ? L’hindouïsme et le bouddhisme nous ont déjà averti sur la démence du mental humain quand il est déchaîné.
Chacun est libre de ses choix, si une telle chose existe. J’ose croire que vous finirez par être heureux en vous connaissant pleinement vous-même, Jean-Louis Pérez-Martel, et que cette nouvelle sérénité que vous émanerez apporte davantage à l’humanité que votre "combat actuel" contre vos moulins rouge-vert-noir.
Namasté
Charles Tremblay

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire