mardi 22 juillet 2014

Le mondialisme de l'Église Catholique contre la diversité culturelle du Vaudou

La Jérusalem des Terres Froides  a relevé un nouveau fait divers sur la religion vaudoue via sa page d'actualités personnalisée de Google News. Le 13 juillet dernier, le cardinal catholique d'Haïti, Chibly Langlois, donnait une entrevue au journal britannique The Guardian où il affirmait que la religion vaudoue n'apportait rien de positif au pays, que c'est en fait un « gros problème social » (« big social problem »). Pour appuyer sa déclaration, l'homme en soutane écarlate nous a donné un « exemple » qui en réalité est vide de sens, à savoir que le catholique, éduqué, irait voir le docteur s'il est malade tandis que le vaudouïsant, inculte, irait s'en référer aux superstitions charlatanesques des houngans (bien sûr, le représentant du Vatican n'a utilisé ouvertement des expressions comme « superstitions charlatanesques » mais ça reste que c'est exactement ça qu'il voulait dire). Dans son hypocrisie « biblique », Langlois ne mentionne pas que même s'ils sont bons Catholiques, la majorité de la population haïtienne ne peut tout simplement pas se payer financièrement le docteur « formé à l'occidentale » et bien que l'Eglise Catholique soit farouchement anti-Marx sous toutes ses formes, il y a quand même ici une réalité de lutte des classes. Sans compter que des Haïtiens fortunés qui sont allés voir le houngan au lieu du docteur « catholic-approved », ça s'est déjà vu et non, ils n'étaient pas incultes pour autant. Le houngan a un point-de-vue holistique qui peut faire des merveilles là où le médecin allopathique n'a que sa connaissance par coeur de sa liste de médicaments (et ce, quand il n'est pas carrément acheté par l'industrie pharmaceutique).

Cette déclaration anti-Vaudou du « monseigneur » ramène une problématique qui semble devenir de plus en plus importante au sein de l'institution romaine, à savoir la popularité de la magie au sein des populations. L'auteur de ces lignes fait référence ici au pape François I, qui a également fait une sortie contre la magie en juin de l'année dernière et qui a été rapporté par la Jérusalem des Terres Froides. L'impression personnelle de votre serviteur, c'est que les gens sont de moins en moins dupes des prétentions papistes à savoir que le catholicisme ne serait pas une magie comme les autres et cela commence à inquiéter au sein de la curie romaine. En tout cas une chose est sûre : c'est que l'accusation classique des ecclésiastiques en soutanes à savoir que la magie chercherait à contraindre Dieu est nulle et infondée. Non seulement, elle est nulle et infondée mais en plus, l'institution de Rome cherche elle-même à contraindre Dieu. Car quelqu'un comme Balaguer le fondateur de l'Opus Déi a trop de sang sur les mains pour que Dieu l'accepte ainsi au paradis parmi les plus grands mystiques. Mais l'Eglise Catholique n'en a cure, elle le canonise quand même (pour des raisons strictement politiques) et il est maintenant considéré saint, un modèle parfait, point barre, le pape est infaillible. Et les porteurs de tiares vont venir nous dire le plus sérieusemenent du monde qu'ils ne contraignent pas Dieu !

Mais revenons au Vaudou et au mépris que lui porte l'homme en robe rouge (robe rouge luxueuse qui rappelle davantage un praticien de la magie comme Merlin ou Vaïnamoïnen qu'un habit humble rappelant le « prince des pauvres »). L' « équipe » de la JTF a procédé à la revue de presse de cette anecdote et l'a recopié ici en fin d'article. D'abord le mot du Guardian à l'origine de cette affaire, suivi des premières réactions et de la protestation officielle exprimée par la plateforme politique haïtienne Religions pour la paix (heureusement, il y a des ecclésiastiques catholiques avisés qui ont une vue plus juste de la question que celle de Chibly, l'honneur de l'Eglise Catholique étant ici encore une fois sauvée par son bas-clergé à l'encontre des cardinaux vaniteux). Grosso modo, la série d'articles présentée plus bas suit l'ordre chronologique, du 13 juillet jusqu'au 18. Dans le cas du Guardian, il y avait une longue série de commentaires accompagnant l'article et votre aimable correspondant en a recopié quelques uns, ceux qui lui semblait les plus pertinents.

Comme pour le soralisme, il y en aurait encore long à dire sur ce cas présent et sur toute la question de la relation du catholicisme avec la magie. Langlois nous dit qu'être catholique et vaudouïsant est impossible, que le catholique doit être « catholique pur » et le vaudouïsant devrait être « vaudouïsant pur ». Sauf que l'Haïtien « lambda » est bien mieux avisé que son cardinal : sa vie n'étant pas facile, il veut avoir le Dieu catholique de son côté donc il participe au culte catholique et il veut aussi avoir Papa Legba et le Grand Maître de son côté, donc il participe aussi au culte vaudou, sa conception du monde étant assez souple pour concevoir les deux d'une façon harmonieuse, contrairement à Chibly Langlois qui est la proie des illusions entretenues par son endoctrinement et son mental egoïque. Et il y a le lourd contentieux historique de l'Eglise Catholique contre le peuple haïtien, Eglise qui a participé à la traite négrière et qui a collaboré avec l'occupant états-unien dans les années 30 (comme le raconte l'excellent documentaire Héritage vaudou, les prêtres catholiques se faisaient accompagner de soldats zuniens pour attaquer les lieux de cultes vaudous, avec meurtre des pratiquants, viols de leurs femmes et autres atrocités dont s'est rendu complice « la belle Église aimante de Chibly Langlois ». Et dire que Pierre Hillard nous balance sans broncher que l'Eglise Catholique pré-Vatican 2 est le meilleur obstacle au mondialisme !).

Rajout du 24 juillet 2014 :
AlterPresse : Le Cardinal Chibly Langlois rectifie les propos anti-vodou qui lui étaient attribués.

Rajout du 25 juillet 2014 :
Haïti Libre : « Le vaudou un élément indéniable de la culture du peuple haïtien » dixit Cardinal Chibly Langlois.


---Voodoo won't save Haiti, says cardinal---


Traditional faith 'offers no real solution for the poor' and is a big social problem, say new prelate


Par Rashmee Roshan Lall
Paru sur The Guardian (UK)
Le 13 juillet 2014


voodoo ceremony Haiti
Voodoo believers dance in the rain during an Easter ceremony in Souvenance, Haiti. 
Photograph: Ramon Espinosa/AP


Haiti's first Roman Catholic cardinal has described voodoo as a "big social problem" for his desperately poor country, arguing that the religion offers "magic" but no real solutions to a population deprived of justice and a political voice.

Chibly Langlois, who was made a cardinal by Pope Francis in February, linked Haiti's belief system to its chronic political problems, which he says force poor Haitians – the overwhelming majority of a population of 10 million – to seek supernatural solutions.

"If a person is well educated and has the financial means, they will go to a doctor [instead of the voodoo priest] when they get sick. If that same person went to the court to get justice they would not go to the voodoo priest to get revenge. It's a big problem for the church. And for Haiti," he said.

About 80% of Haitians are Roman Catholic; roughly half the population also practises voodoo – though many do not do so in public. "That's why voodoo ceremonies are conducted at night–time. They are ashamed to say they practise it," said Langlois.


Voodoo temple Haiti
Believers stand at the entrance to a temple before a voodoo ceremony in Souvenance, Haiti. 
Photograph: Dieu Nalio Chery/AP


Voodoo, which has its roots in west Africa's pantheist religions but incorporates images and rituals of Catholicism, has played a central role in Haitian society since before colonial times. A voodoo ceremony in August 1791 is said to have helped trigger Haiti's first big slave insurrection against the French colonisers. It was banned in 1934 and categorised as sorcery in the penal code.

In the 1940s Catholics in Haiti burned voodoo masks and drums in a series of "anti-superstition" campaigns. Meanwhile, Hollywood popularised the (entirely fictional) image of voodoo as a religion of zombies, devil worship and ceremonies involving wax dolls and pins.

Voodoo remained banned in Haiti until 1987, when a new constitution came into force, and it was not until 2003 that it was given legal recognition as a religion with equal standing to Catholicism.


Voodoo mud pool
A man swims in a mud pool during a mass ritual in which thousands of believers sacrifice animals and pray in mud pools to ask the voodoo spirits and the dead for help with money, the future and children. 
Photograph: Eduardo Munoz/Reuters


But after decades of uneasy tolerance by the Catholic church, Langlois declared that Haitians cannot follow both religions. "The church cannot – and does not – ignore the cultural elements and uses of voodoo, like the drum, the rhythm, the way of singing. But you can't be voodooist and Catholic. The Catholic should be pure Catholic; the voodooist should be pure voodoo," he said.

It is a clear, if controversial, message, for the poorest country in the Americas.

Richard Morse, a Haitian-American anthropologist and musician, whose mother was a voodoo priestess, described the cardinal's remarks as dishonest.

"If you want to talk about Haiti's ills, you've got to start with slavery, in which the Catholics were very involved. So I'm not sure what good comes of blaming the victim."

Morse also questioned the Catholic church's right to prescribe for Haitians. "Voodoo was born in Haiti, of Haitians and it is our culture. Catholicism is imported and we respect it and embrace it but we also love the truth."


Voodoo and Catholic pilgrims Haiti
Voodoo and Catholic pilgrims bathe and pray in the waterfall at Saut D'eau, Haiti. 
Photograph: David Levene for the Guardian


Jeanguy Sainteus, founder of Haiti's leading dance company, said that he regarded voodoo as being more meaningful than the Catholic faith. "I feel more connected with the lwa [voodoo spirits] than [anything I feel] when I go to church," he said.

"Voodoo is a religion, like the Catholic faith. It's certainly not a big problem for Haiti. If people use voodoo properly and if we are open about it and talk about who we really are, it can only be good."

Sainteus said voodoo's standing as the religion of the poor meant it was "misused and misunderstood". He added that the cardinal and other Haitians "need to see voodoo with their eyes, not their prejudice, because it is the key to Haiti's future".

Langlois, 55, the youngest of Jesuit Pope Francis's recent crop of 19 cardinals, is seen to epitomise the Vatican's determination to refocus the church's attention on the poor.

He says it was this commitment to the poor that led him to broker negotiations between President Michel Martelly's administration and the opposition in mid-March, in an attempt to break political deadlock over the organisation of senate and local authority elections that are more than two years overdue.

"As Pope Francis said, he would rather have a church that gets its hands dirty than one that is closed in on itself," said Langlois. "I should work to help provide a better solution to the country even if I know I'm taking a risk."


Rashmee Roshan Lall


Commentaires :


« beanfeast » (13 juillet 2014)

Roman Catholic cardinal argues, of Voodoo, "the religion offers "magic" but no real solutions". Coming from someone whose religion offers magic, magical solutions for problems that do not exist, solutions that fail to address problems and fails to provide solutions for problems that it creates, this is a bit rich.

The eucharist does not turn into flesh and blood. Since there is no evidence for either a soul or the grace of god, confession can neither heal something that does not exist nor allow someone to regain something that does not exist. Poverty is a real problem that exists in many countries with a large catholic population and yet the church continues to argue that the single simplest step towards solving it, contraception, is evil. When the church is confronted with real evil in its own ranks, it has been shown time and again to close those ranks and protect the evil.

This seems to be a case of sour grapes on the part of the cardinal who is concerned that his religion is likely to lose members from its congregation to voodoo.

---

« oliverzip » (14 juillet 2014)
Italy's first Athiest High Priest has described Catholic as a "big social problem" for his desperately poor country, arguing that the religion offers "faith" but no real solutions to a population deprived of justice and a political voice.

Chibly Langlois, who was made a High Priest by High Priest Dawkins in February, linked Italy's belief system to its chronic political problems, which he says force poor Italians – the overwhelming majority of a population of 10 million – to seek supernatural solutions.

"If a person is well educated and has the financial means, they will go to a doctor [instead of the Catholic priest] when they get sick. If that same person went to the court to get justice they would not go to the parish priest to get revenge. It's a big problem for the church. And for Italy," he said.

About 80% of Italians are Roman Catholic; roughly half the population also practises Secularism – though many do not do so in public. "That's why Catholic ceremonies are conducted on sunday. They are ashamed to say they practise it," said Langlois.

Catholic, which has its roots in Eurasia's monotheist religions but incorporates images and rituals of Judaism, has played a central role in Italian society since before colonial times. A Catholic ceremony in August 1791 is said to have helped trigger Italy's first big peasant insurrection against the French colonisers. It was banned in 1934 and categorised as sorcery in the penal code.

In the 1940s Athiests in Italy burned Catholic masks and drums in a series of "anti-superstition" campaigns. Meanwhile, Hollywood popularised the (entirely fictional) image of Catholic as a religion of priests, nuns and ceremonies involving wine and bread.

Catholic remained banned in Italy until 1987, when a new constitution came into force, and it was not until 2003 that it was given legal recognition as a religion with equal standing to Catholicism.

But after decades of uneasy tolerance by the Catholic church, Langlois declared that Italians cannot follow both religions. "The church cannot – and does not – ignore the cultural elements and uses of Catholic, like the drum, the rhythm, the way of singing. But you can't be Catholicist and Catholic. The Catholic should be pure Catholic; the Catholicist should be pure Catholic," he said.

It is a clear, if controversial, message, for the poorest country in the Americas.

Richard Morse, a Italian-American anthropologist and musician, whose mother was a Catholic priestess, described the cardinal's remarks as dishonest.

"If you want to talk about Italy's ills, you've got to start with peasantry, in which the Catholics were very involved. So I'm not sure what good comes of blaming the victim."

Morse also questioned the Catholic church's right to prescribe for Italians. "Catholic was born in Italy, of Italians and it is our culture. Catholicism is imported and we respect it and embrace it but we also love the truth."

Jeanguy Sainteus, founder of Italy's leading dance company, said that he regarded Catholic as being more meaningful than the Catholic faith. "I feel more connected with the lwa [Catholic spirits] than [anything I feel] when I go to church," he said.

"Catholic is a religion, like the Catholic faith. It's certainly not a big problem for Italy. If people use Catholic properly and if we are open about it and talk about who we really are, it can only be good."
Sainteus said Catholic's standing as the religion of the poor meant it was "misused and misunderstood". He added that the cardinal and other Italians "need to see Catholic with their eyes, not their prejudice, because it is the key to Italy's future".

Langlois, 55, the youngest of Jesuit Professor Dawkins's recent crop of 19 cardinals, is seen to epitomise the Vatican's determination to refocus the church's attention on the poor.

He says it was this commitment to the poor that led him to broker negotiations between President Michel Martelly's administration and the opposition in mid-March, in an attempt to break political deadlock over the organisation of senate and local authority elections that are more than two years overdue.

"As Professor Dawkins said, he would rather have a church that gets its hands dirty than one that is closed in on itself," said Langlois. "I should work to help provide a better solution to the country even if I know I'm taking a risk."
---

« Alchemist » (14 juillet 2014)

At long, long last, the Roman Catholics believe they have found an adversary worthy of attack in Haitian Voodoo - an information campaign that could be a crude ploy to distract from the searing sex-scandal bedeviling the church of Rome for the past several decades. However, this sort of confrontation could prove to be a very dangerous tactic, for it may lead to comparisons between the two cultures that might well leave a very vague impression of these two "faith traditions" with strikingly similar views, rituals and practices across a surprisingly broad spectrum of doctrines. What will Catholic Cardinals tell us next? That Martin Luther was mad? That Islam is evil? That Judaism is responsible for the heresy of the Kabbalah? Now, Dan Brown may well write a new novel - set in Haiti.

---

 « kornlambi » (14 juillet 2014)

Christianity vs Vodun in Haiti

1. Christians took our forebears from across the Atlantic, like market animals

2. Christians enslaved them

3. Christians forbade them to read and write

4. Christians raped/tortured them

5. When they rebelled Christians tried to exterminate them

6. When they conquered a hellhole and made it a nation---the Christians embargoed them/quarantined them

7. Christians took control of their school system, and corrupted it into a system which produces but traitors ( in whatever guise ) to their cultural origin / country.

8. Haiti was self-sufficient until the 1960's when additional Christians came to the country, to set up institutions /denominations of all types-dividing them further

9. Christians Schools to this day beat or shame pupils for speaking their own language.

10. Christians media has thoroughly misrepresent Haitian culture ( Vodun ) so that the very name is synonymous is evildoing----

11. Christians Blackmail Haiti , invade without provocation, interfere in its affairs incessantly

12. Christians have Haitians praying to some of the people now called saints, financed /instigated their ancestors' enslavement

Vodun effect on Haiti

1. Vodun served as the glue which cemented the myriad African ethnics into one Haitian people. Haitian "nation" consciousness has a debt to Vodun.

2. Vodun provided our ancestors strength to conquer the country we now have

3. Vodun vocabularies provides the building block for the Haitian language----which Christian schools in Haiti to this day "beat" or "shame" pupils for speaking

4. Vodun gives the believer faith to be resilient. It is the impenetrable citadel of Haitian culture.

So as a Haitian, I choose Vodun over Christianity a million times over. Vodun is not a religion per se; though is has religion in it. It is a way of life, which include deification of one's own ancestors-----not the worshiping of foreigners, or their ancestors with whom one has no connection. Religion is the deification of one's culture. In Europe God is now White, as are the christian saints. Un-alienated Haitians invoke their own ancestors in their prayers or meditation. Because Vodun is much older, it is a much more mature system than Christianity, it is able to assimilate and acculturate Christianity easily. That is the reason a Haitian can be a Vodunsi and nominally Christian at the same time. Somebody is sent on a fool's errand.

---

« physiocrat » (14 juillet 2014)

Let's get this clear by going to the source. The Catechism says this about transubstantiation.

1373 "Christ Jesus, who died, yes, who was raised from the dead, who is at the right hand of God, who indeed intercedes for us," is present in many ways to his Church: in his word, in his Church's prayer, "where two or three are gathered in my name,"in the poor, the sick, and the imprisoned,199 in the sacraments of which he is the author, in the sacrifice of the Mass, and in the person of the minister. But "he is present . . . most especially in the Eucharistic species."

1374 The mode of Christ's presence under the Eucharistic species is unique. It raises the Eucharist above all the sacraments as "the perfection of the spiritual life and the end to which all the sacraments tend." In the most blessed sacrament of the Eucharist "the body and blood, together with the soul and divinity, of our Lord Jesus Christ and, therefore, the whole Christ is truly, really, and substantially contained." "This presence is called 'real' - by which is not intended to exclude the other types of presence as if they could not be 'real' too, but because it is presence in the fullest sense: that is to say, it is a substantial presence by which Christ, God and man, makes himself wholly and entirely present."

1375 It is by the conversion of the bread and wine into Christ's body and blood that Christ becomes present in this sacrament. The Church Fathers strongly affirmed the faith of the Church in the efficacy of the Word of Christ and of the action of the Holy Spirit to bring about this conversion. Thus St. John Chrysostom declares:

It is not man that causes the things offered to become the Body and Blood of Christ, but he who was crucified for us, Christ himself. The priest, in the role of Christ, pronounces these words, but their power and grace are God's. This is my body, he says. This word transforms the things offered.

And St. Ambrose says about this conversion:

Be convinced that this is not what nature has formed, but what the blessing has consecrated. The power of the blessing prevails over that of nature, because by the blessing nature itself is changed. . . . Could not Christ's word, which can make from nothing what did not exist, change existing things into what they were not before? It is no less a feat to give things their original nature than to change their nature.

1376 The Council of Trent summarizes the Catholic faith by declaring: "Because Christ our Redeemer said that it was truly his body that he was offering under the species of bread, it has always been the conviction of the Church of God, and this holy Council now declares again, that by the consecration of the bread and wine there takes place a change of the whole substance of the bread into the substance of the body of Christ our Lord and of the whole substance of the wine into the substance of his blood. This change the holy Catholic Church has fittingly and properly called transubstantiation."

1377 The Eucharistic presence of Christ begins at the moment of the consecration and endures as long as the Eucharistic species subsist. Christ is present whole and entire in each of the species and whole and entire in each of their parts, in such a way that the breaking of the bread does not divide Christ.


---« Vous ne pouvez pas être vaudouisant et catholique » dixit Mgr Langlois---


Paru sur Haïti Libre
Le 15 juillet 2014 


Haïti - Religion : «Vous ne pouvez pas être vaudouisant et catholique» dixit Mgr LangloisLe Cardinal haïtien, Mgr Chibly Langlois a décrit le vaudou comme un « grand problème social » pour Haïti, faisant valoir que cette religion offre la « magie » mais pas de vraies solutions à une population privée de justice et de voix politique.

Mgr Chibly Langlois lie le système de croyance d'Haïti, à ses problèmes politiques chroniques, qui, selon lui, force les Haïtiens pauvres à rechercher des solutions surnaturelles.

« Si une personne est instruite et a les moyens financiers, elle ira voir un médecin [à la place du prêtre vaudou] quand elle tombe malade. Si cette même personne est allée à la Cour pour obtenir la justice, elle n'irait pas chez le prêtre vaudou pour obtenir la vengeance. C'est un gros problème pour l'église. Et pour Haïti .»

Rappelant qu’environ 80% des Haïtiens sont catholiques et qu’à peu près la moitié de la population pratique également le vaudou, bien que beaucoup ne le font pas en public « C'est pourquoi les cérémonies vaudou se déroulent pendant la nuit. Ils ont honte de dire qu'ils pratiquent »

Mgr Langlois a déclaré que les Haïtiens ne peuvent pas suivre les deux religions « L'église ne peut pas, et n'ignore pas les éléments culturels et usages du vaudou, comme le tambour, le rythme, la façon de chanter. mais, vous ne pouvez pas être vaudouisant et catholique. Le catholique doit être pur catholique, le vaudouisant devrait être un pur vaudouisant. »


SL


---Haïti-Religion : Dénonciation des propos anti-vodou, prononcés par le Cardinal Langlois---


Paru sur le site d'AlterPresse
Le 17 juillet 2014


Le regroupement des principales religions actives dans le pays, baptisé Religion pour la paix - dont fait partie l’église catholique romaine en Haïti - se déclare attristé par les récents propos, tenus par le Cardinal haïtien Chibly Langlois (de l’église catholique romaine), à l’encontre du vodou, rapportés par le quotidien britannique ‘’ The Guardian’’.

Dans une note de presse en date du 16 juillet 2014, la plateforme affirme être « profondément attristée » par les déclarations du premier Cardinal haïtien, dont la création (le 12 janvier 2014) a apporté beaucoup de joie dans le cœur de la majorité de la population.

Les propos du Cardinal sont de nature « à intensifier la confusion dans l’esprit du peuple », « exacerber les tensions » et détruire, encore plus, les liens entre les citoyennes et citoyens haïtiens, estime Religion pour la paix.

« Le vodou ne sauvera pas Haïti ». Il constituerait « un problème social », écrit The Guardian, citant le cardinal Langlois.

Pour argumenter sa position, le cardinal Langlois a surtout avancé le grave problème d’instruction dans le pays.

Si « une personne est bien éduquée, elle ira voir un médecin, à la place d’un hougan (célébrant du vodou)… », ou elle irait devant un tribunal pour trouver justice, au lieu d’un péristyle (temple vodou), pour consulter et se venger des erreurs commises par les autres à son égard, ajoute le prélat.

Quant à la question du syncrétisme, souvent évoquée par les chercheurs, pour traiter des frottements et des partages, que se font les deux religions, Chibly Langlois tente de dogmatiser qu’on ne saurait être « vodouisant et catholique » à la fois.

D’un côté, dans la réalité quotidienne et dans l’exercice des croyances, le catholicisme romain semble emprunter le tambour, le rythme et les danses folkloriques du vodou, ce que reprend The Guardian.

De l’autre, les croyantes et croyants vodouisants continuent d’assimiler les énergies du vodou, appelées Loas, à celles des saintes et saints catholiques romains.

La note de protestation, transmise à la presse, est paraphée par l’évêque catholique romain, Pierre André Dumas, membre de Religion pour la paix, ainsi que par l’évêque catholique anglican Zaché Duracin.

Un représentant du Vodou, la manbo (prêtresse du vodou) Euvonie Auguste, deux représentants de l’Église protestante, dont le secrétaire général de Religion pour la paix, le pasteur Clément Joseph, et un délégué de la communauté islamique en Haïti, l’imam Abou Jahman, ont aussi signé le document.

En 1935, Sténio Vincent a pris une loi déclarant superstitieuses les pratiques du vodou.

De 1939 à 1942, beaucoup de religieux catholiques romains ont été à la base d’opérations de vandalisme de temples du vodou et de campagnes anti-superstitieuses, connues sous le nom de kanpay rejte = campagne de rejet, qui avaient fait plusieurs victimes parmi la population haïtienne et détruit plusieurs péristyles du vodou.


---Haïti-société : « Religions pour la Paix » condamne des déclarations du cardinal Langlois--- 


Le 17 juillet 2014


Dans un communiqué, la plate-forme interreligieuse « Religions pour la Paix » se dit « profondément attristée » par les récentes déclarations  publiées dans le journal britannique « the Guardian » et attribuées à une haute autorité ecclésiastique d’Haïti à l’encontre du vodou haïtien.

« Religions pour la paix » a indiqué que « ces déclarations  sont de nature à intensifier la confusion dans l’esprit du peuple exacerber par les tensions existantes  et à déchirer d’avantage les entrailles  de notre chère Haïti qui n’en peut plus ».

La plate-forme inter-religieuse,  dans l’esprit de « prêcher la tolérance, prévenir les conflits et encourager  le vivre ensemble, invite donc  les leaders religieux de pondérer leur discours ».

« Il est une évidence pour tous, qu’en Haïti, aucune religion n’est le problème et qu’aucune n’en est la solution », affirme Religions pour la Paix. 

En effet,  des médias de la capital rapportent que le Cardinal haïtien, Mgr Chibly Langlois avait décrit le vaudou comme un « grand problème social » pour Haïti, faisant valoir que cette religion offre la « magie » mais pas de vraies solutions à une population privée de justice et de voix politique.

Mgr Chibly Langlois lierait  le système de croyance d'Haïti, à ses problèmes politiques chroniques, qui, selon lui, force les Haïtiens pauvres à rechercher des solutions surnaturelles.

Le communiqué porte, notamment les signatures de : Mgr Pierre André Dumas, Mgr Zache Duracin, Rev Pasteur Bertho Eugene (mission sociale des églises haïtiennes : MISSEH), Mambo Euvonie G. Auguste (confédération nationale du vodou haïtien : KNVA), Imam Abou Jahman (communauté Islamique d’Haïti), Rev Pasteur Clément Joseph (secrétaire général de Relions pour la paix Haïti).


---Religions pour la paix appelle le cardinal Langlois à la pondération---


Par Robenson Geffrard
Paru sur Le Nouvelliste
Le 17 juillet 2014


Dans le journal britannique The Guardian, le cardinal Chibly Langlois aurait décrit le vaudou comme étant un grand problème social en Haïti. La plateforme Religions pour la paix a rapidement réagi en appelant les leaders religieux à pondérer leurs discours, soulignant qu'en Haïti, aucune religion n'est ni le problème ni la solution.

Sur les réseaux sociaux, en début de semaine, les déclarations qu'aurait faites le cardinal Chibly Langlois ont suscités beaucoup de réactions, mais aussi beaucoup de critiques acerbes contre la plus haute autorité de l'Église catholique en Haïti. Dans une note de presse, la plateforme interreligieuse Religions pour la paix a dit porter à la connaissance des leaders religieux en particulier, du peuple haïtien et du monde entier en général, qu'elle est « profondément attristée par les récentes déclarations, publiées dans le journal britannique "The guardian" et attribuées à une haute autorité ecclésiastique d'Haïti à l'encontre du vaudou haïtien ».

« Ces déclarations, selon la note de presse, sont de nature à intensifier la confusion dans l'esprit du peuple, exacerber les tensions existantes et déchirer davantage les entrailles de notre chère Haïti qui n'en peut plus. Conformément à sa mission qui est de prêcher la tolérance, prévenir les conflits et encourager le vivre-ensemble, Religions pour la paix demande à tous les leaders religieux de pondérer leurs discours. »

La plateforme indique que « Dieu n'habilite aucune religion à en juger une autre. Il est le seul juge, le seul maître et le seul souverain. De plus, poursuit Religions pour la paix, il est une évidence pour tous qu'en Haïti, aucune religion n'est le problème, comme aucune n'en est la solution. Soyons courageux pour regarder ensemble nos problèmes en face et humilions-nous devant le créateur pour obtenir la force nécessaire à les résoudre. Tout fils de Dieu est artisan de paix et heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu », conclut la plateforme.

Selon The Guardian, le cardinal aurait déclaré : « Si une personne est instruite et a les moyens financiers, elle ira voir un médecin à la place du prêtre vaudou quand elle tombe malade. Cette même personne ira au tribunal pour obtenir justice au lieu d'aller consulter un prêtre vaudou pour se venger. C'est un gros problème pour l'Eglise. Et pour Haïti aurait-il dit.

Toujours selon le journal britannique, l'évêque de Cayes aurait souligné qu' « environ 80% des Haïtiens sont catholiques ; à peu près la moitié de la population qui pratique également le vaudou - bien que beaucoup ne le font pas en public. C'est pourquoi les cérémonies vaudoues se déroulent pendant la nuit. Ils ont honte de dire qu'ils pratiquent le vaudou ».

Signataire de la note de presse et membre de Religions pour la paix, la mambo Euvonie G. Auguste de la Confédération nationale du vaudou haïtien (KNVA) a fait savoir jeudi au Nouvelliste que le secteur vaudou va se positionner vendredi sur cette affaire.

Les signataires de la note de presse de Religions pour la paix: Mgr Pierre André Dumas, Église catholique; Mgr Zaché Duracin, Eglise anglicane; rév. pasteur Bertho Eugène, Mission sociale des Eglises haïtiennes (MISSEH); mambo Euvonie G. Auguste, Confédération du vaudou haïtien (KNVA); Imam Abou Jahman, Communauté islamique d’Haïti; rév. pasteur Clément Joseph, secrétaire général de Religions pour la paix Haïti.


Robenson Geffrard
rgeffrard@lenouvelliste.com


---Le tout neuf Cardinal haïtien s'exprime contre le vaudou dans The Guardian---


Par Siel
Paru sur Elsie News
Le 18 juillet 2014


Selon le Cardinal Langlois, le vaudou est un grand problème social en Haïti. Vraiment ? On aurait crû que le grand problème social en Haïti résiderait dans les inégalités sociales. 10% de la population profitant de 90% des richesses.

C'est un peu décevant que ce nouveau cardinal, entonne, une fois encore, cette antienne anti-vaudou.

Les docteurs feuilles qui peuvent également être des hougans, prêtres du vaoudou ont un savoir sur les plantes médicinales que l'Eglise catholique devrait aider, au contraire, à valoriser.

C'est grâce à ces plantes médicinales que Cuba, au cours de la période spéciale après la chute de l'URSS a pu assurer la santé de ses citoyens.

Non seulement, les médecins ont encouragé leurs patients à cultiver dans leurs jardins les plantes susceptibles de soulager leurs maux, mais de plus, l'Etat a créé un laboratoire pour produire des médicaments à partir des propriétés de ces plantes;

Etre moderne, être chrétien, ne serait-ce pas être intolérant et faire en sorte de privilégier le meilleur dans tout culture, plutôt que de pratiquer le rejet.

D'ailleurs pour certains il n'existe pas de différence entre vaudou et catholicisme qui se retrouvent dans certaines croyances, le diable, les esprits, la possession. L'église catholique pratiquant l'exorcisme, la chasse aux mauvais esprits, de même que le vaudou.

Quant aux pratiques dites diaboliques, le Cardinal semble ne pas bien connaître l'histoire de son église, celle du Vatican, des Médicis, celle des Borgia. 

Il est vraiment dommage que ce jeune Cardinal se croit obligé de prendre le vaudou comme bouc émissaire à la situation socio-économique d'Haïti.

On lui recommande d'écouter attentivement les sages conseils du nouveau pape qui semblent plus enclin à développer le dialogue plutôt que l'affrontement.


Siel


---Haïti - religion : Religions pour la Paix, attristée des propos du Cardinal Langlois sur le Vaudou---



Haïti - Religion : Religion pour la Paix, attristée des propos du Cardinal Langlois sur le Vaudou


Paru sur Haïti Libre
Le 18 juillet 2014 


Suite au Propos du Cardinal haïtien Mgr Chibly Langlois, rapporté récemment dans le journal « The Guardian » http://www.haitilibre.com/article-11594-haiti-religion-vous-ne-pouvez-pas-etre-vaudouisant-et-catholique-dixit-mgr-langlois.html , qualifiant le vaudou de « grand problème social » pour Haïti, et soulignant que cette religion offrait la « magie » mais pas de vraies solutions, la plateforme inter-religieuse Religions pour la Paix, dans une note de presse, se dit « profondément attristée par ces récentes déclarations [...] de nature à intensifier la confusion dans l’esprit du peuple, exacerber les tensions existantes et déchirer davantage les entrailles de notre chère Haïti [...] »

La plateforme [dont fait partie l’église catholique romaine en Haïti], rappelle que « [...] Conformément à sa mission, qui est de prêcher la tolérance, prévenir les conflits et encourager le vivre-ensemble, Religions pour la Paix demande à tous les leaders religieux de pondérer leurs discours, » rappelant que « Dieu n’habilite aucune religion à en juger une autre [...] » ajoutant « il est une évidence pour tous qu’en Haïti, aucune religion n’est le problème, comme aucune n’en est la solution. Soyons courageux pour regarder ensemble nos problèmes en face [...]. »

Cette note de Religion pour la Paix porte les signatures de : Mgr Pierre André Dumas (Église catholique) ; Mgr Zaché Duracin (Église anglicane) ; du Révérend Pasteur Bertho Eugène de la Mission sociale des Eglises haïtiennes ; de la mambo [prêtresse vaudou] Euvonie G. Auguste de la Confédération du vaudou haïtien ; de l’Imam Abou Jahman de la Communauté islamique d’Haïti et du Révérend Pasteur Clément Joseph, Secrétaire Général de Religions pour la Paix en Haïti.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire