dimanche 3 août 2014

L'acharnement grotesque contre la soi-disant « sorcellerie marocaine »

La Jérusalem des Terres Froides dispose de rubriques personnalisées bien particulières sur sa page d'actualités Google. Elle peut suivre l'actualité sur le Vaudou avec la rubrique du même nom, ce qui lui a permis d'être informé pour l' « affaire » récente du cardinal Chibly Langlois. Elle peut suivre également l'actualité quand celle-ci utilise le mot-clef « sorcellerie ». D'où le relevé des faits divers la concernant par la JTF (Vanuatu : La « sorcellerie » encore utilisée comme motif d'agression, Le président indonésien et la sorcellerie, L'armée papoue libère trois femmes kidnappées pour sorcellerie et Sorcellerie : Al-Qaedah au Yémen et Salim Laïbi, même combat !).

Le 28 janvier 2014, votre serviteur avait reçu par ce moyen un article concernant la « sorcellerie au Maroc », qui a été reproduit ici. Il y avait une petite appréhension qu'un tel article pourrait déclencher quelques réactions religieuses intempestives irrationnelles « zozotériques » et bien qu'il n'ait pas passé la modération, ce commentaire anonyme fut envoyé à JTF :

Non ce n'est pas du folklore, non ce ce ne sont pas d'anodines croyances populaires, ce sont des pratiques satanistes au sens le plus connu du terme: on les reconnait en ce qu'elles exigent des sacrifices d'animaux car les démons ont soif de sang, déclarent les sorciers qui pour arriver à ce statut se doivent d'effectuer un parcours commun à tous les sorciers quelle que soit leur religion d'origine: blasphèmes les plus radicaux bien sûr mais aussi inceste, pédophilie, sacrifices humains, cannibalisme: les sorciers des pays musulmans ne cèdent en rien à leurs "collègues" occidentaux, vaudous ou africains. You tube est plein de récits de ces créatures monstrueuses qui font croire aux gens qu'ils agissent avec l'aide de Dieu et cela dans le but de commettre le mal ! 
C'est le seul domaine où les salafistes sont dans le vrai, mais ils n'ont aucun sens de la pédagogie, ils condamnent et vocifèrent au lieu d'expliquer à quoi les clients de ces sorciers ont affaire. Je déplore la fermeture de nos frontières avec le Maroc, mais elle aura eu au moins pour effet de limiter les dégâts en ce domaine. La sorcellerie en Algérie même si elle existe n'a pas atteint un tel stade, et elle ne s’exhibe pas sur la place publique. Mais, comme en France, à la faveur de la misère en Afrique subsaharienne, les "marabouts" maliens commencent à débarquer .

Le même jour à quelques minutes d'intervalle, un autre commentaire anonyme fut reçu à l'article Le sadisme anti-satanisme de la secte soralienne (lui-aussi ne fut pas publié) mais il y a toutes les chances qu'il s'agisse du même auteur et qu'il concernait toujours en fait la « sorcellerie marocaine » :

Les guérisseurs sont des sorciers. Ils sont diablement efficaces, c'est le cas de le dire et le placébo n'a rien à voir à l'affaire. Je parle en connaissance de cause. Tous les sorciers peuvent faire le bien comme ils peuvent faire le mal: dans les deux cas, ils racontent à leurs clients qu'ils le font avec l'aide de Dieu mais quand ils se confessent ils disent qu'ils doivent pour leurs actes occultes faire appel à des entités, des djinns, des démons après avoir renoncé d'une façon horrible à leur humanité.

À la lecture de ces deux « commentaires », votre serviteur ne peut que penser à l'auteur de livres sur la magie Christopher Hyatt quand il dit en entrevue à propos des tentatives de discuter avec les religieux : « How do you negociate with insanity ? ». Comment faire autrement à la vue de tous ces power words pour impressionner le lecteur comme « pratiques satanistes », « les démons ont soif de sang », « blasphèmes les plus radicaux », « inceste », « pédophilie », « sacrifices humains », « cannibalisme » et pour couronner le tout : « créatures monstrueuses ». Aucun argument, que des expressions qui frappent l'imagination pour faire avancer son idéologie religieuse.

Mais le cas présent de délire anti-sorcellerie est bien plus lourd car il s'agit d'un animateur-télé libanais en ondes. Il est clair que nous sommes ici dans un équivalent arabophone du Jerry Springer Show. Imaginez : à partir d'un cas sur son plateau où une femme marocaine est allée voir un herboriste pour un problème majeur, herboriste qui n'a pas été apprécié par le mari (à raison ou à tort), l'animateur en arrive à s'en prendre au Maroc au grand complet et tente de faire valoir ses affirmations en s'appuyant sur un fait divers d'homme qui a assassiné sa femme car il s'était cru sous l'effet d'un envoûtement (le genre de fait divers malheureux qui arrive partout dans le monde, y compris en Occident). C'est ce même état d'esprit entre superstition et inquisition que notre commentateur anonyme cité plus haut. Et l'article d'Afriquinfos qui rapporte l'incident de l'animateur libanais n'est pas mieux : «  La sorcellerie existe depuis la nuit des temps. Associée au démon (...) De nombreux marocains ont encore recours à des pratiques dîtes de « magie noire » afin de se faire aimer ou d’obtenir la réussite ». Ce n'est pas un propos rationnel sur la question, c'est une profession de foi pour l'aspect le plus superstitieux d'une religion. Comme si la « sorcellerie », mot fourre-tout par excellence comme « terroriste » ou « gauchiste » (et aujourd'hui « islamiste »), était un fait réel, une science exacte qui donne des résultats à coup sûr. Dans le cas de notre Springer libanais, George Kordahi, il est clair qu'il voulait en fait faire le procès du Maroc pour des raisons qui lui sont personnelles. Remarquons également que cet article que la JTF avait reproduit sur la « sorcellerie marocaine » l'avait été aussi par le quotidien libanais L'Orient Le jour. Y aurait-il un compte à régler entre le Liban qui semble se réclamer être un bastion d' « orthodoxie » et le Maroc qu'on accuse de tous les crimes magiques, sorciers et sataniques ? L'auteur de ces lignes n'est pas assez renseigné pour le moment mais le sujet est très intéressant et il va le suivre s'il trouve d'autres développements. Il est évident que quelqu'un comme Salim Laïbi utilise les histoires de « sorcellerie » pour faire sa promotion personnelle sur le dos des gens crédules mais la tendance serait-elle plus importante dans le monde musulman ? La Jérusalem des Terres Froides a déjà rapporté une liste de sept pays qui a des lois anti-sorcellerie mais la réalité serait-elle encore pire ?

La « cerise sur le gâteau » que nous offre Afriquinfos est à la fin de son article. Pour appuyer son argumentation sur la « sorcellerie », le rédacteur reprend... trois propos Twitter ! Quelle grande déontologie journalistique ! Le premier pour indiquer que la sorcellerie « fait peur à certains » et les deux autres pour indiquer que d'autres « ironisent sur le sujet ». Le copié-coller est un outil fort utile, c'est vrai, mais ici nous sommes davantage dans l'ordre de la mauvaise blague (pour ne pas dire de la mauvaise foi) qu'autre chose. Quand au documentaire, il est bien facile de choisir ce qui nous intéresse pour démontrer ce qui va dans notre sens personnel. Seulement, remarquons qu'il s'agit d'un audiovisuel issu des massmédias occidentaux, où l'intention de départ n'est pas du tout la véracité historique mais bien le commerce et l'entertainment, où ce qui nous sera montré aura été soigneusement choisi et lourdement édité.

À suivre...



---Maroc : La sorcellerie « très répandue » cause des drames---


Paru sur Afriquinfos
Le 25 juillet 2014 


La sorcellerie semble encore bien ancrée au Maroc selon un animateur libanais, elle a même été à l’origine d’un homicide très récemment. On vous en dit plus sur ce phénomène. 

Maroc : La sorcellerie « très répandue » cause des drames
L'animateur libanais George Kordahi


La sortie d’un journaliste sur la sorcellerie au Maroc 

Durant l’émission « Al Mousameh Karim » d’hier soir, l’animateur libanais George Kordahi essayant de réconcilier un couple a abordé le sujet de la sorcellerie au Maroc. Une sortie qui n’a pas plu aux marocains.

Le couple en question était en froid car ils n’arrivaient pas à avoir d’enfant depuis plusieurs années malgré leurs multiples tentatives. Face à cet échec, la  femme était allée voir un herboriste marocain qui lui avaient donné des remèdes contre la stérilité. Chose que son mari n’a pas apprécié. Ce dernier étaient en effet persuadé que l’herboriste était un sorcier et que les remèdes fournis par celui-ci étaient responsable de sa chute de cheveux et de son mauvais état de santé.

Suite à ces explications, le journaliste n’a pas pu s’empêcher de faire la remarque suivante : « Ces choses sont très répandue au Maroc plus que dans les autres pays n’est-ce pas ? ». 

Un supposé cas de sorcellerie fini en drame 

Comme pour confirmer les dires de l’animateur, mercredi dernier, un homme assassinait sa femme avant de s’attaquer à sa belle-mère pensant que les deux femmes l’avaient ensorcelé. L’homme victime de maux de ventre d’origine inconnu s’est mis en tête que les deux femmes avaient pratiqué la sorcellerie lorsque sa fille lui a révélé les avoir vu mettre quelque chose dans son verre. Il aurait apparemment forcé sa femme à avouer les faits, ce qu’elle aurait fait. Là-dessus, le mari serait alors devenu furieux et s’en serait pris violemment à sa femme jusqu’à l’étrangler avec un foulard avant de s’attaquer à sa belle-mère qui venait au secours de sa fille. La belle-mère est actuellement hospitalisée, la fille du couple se retrouve sans mère, morte durant l’incident, et certainement sans père pendant un bon moment, celui-ci risquant de passer de longues années en prison. 

Le Maroc paradis de la sorcellerie 

La sorcellerie existe depuis la nuit des temps. Associée au démon, elle permettrait d’assujettir n’importe qui, et ainsi d’arriver à ses fins qu’elles soient bonnes ou mauvaises. Rendre quelqu’un amoureux, assurer la réussite ou la fortune ou bien rendre quelqu’un malade, lui faire perdre son travail, son argent, etc…, voici ce que permettrait la sorcellerie. Une croyance très répandue au Maroc dans les régions rurales. La « chouafa » qui est une voyante au Maroc pourrait ainsi prédire l’avenir, guérir les malades ou encore protéger ses clients. De nombreux marocains ont encore recours à des pratiques dîtes de « magie noire » afin de se faire aimer ou d’obtenir la réussite.

Des pratiques qui font peur à certains :

Je viens de voir un reportage sur les chamane du Maroc, la sorcellerie et les djinn, ça fait flipper quand même

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire